Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Le Prix Mystère de la Critique 2017 à Cloé Mehdi et Don Winslow

Antoine Oury - 20.02.2017

Culture, Arts et Lettres - Récompenses - Prix Mystère de la Critique - Cloé Mehdi - Cloé Mehdi Rien ne se perd


Créé par la revue mensuelle de nouvelles policières Mystère magazine, aujourd'hui disparue, le Prix Mystère de la Critique est remis depuis 1972 à deux romans policiers, un français, un étranger. En 2017, c'est Cloé Mehdi qui reçoit le prix français pour Rien ne se perd, chez Jigal, et Don Winslow pour le prix étranger, décerné pour son roman Cartel, au Seuil.

 

 

 

Les 32 membres du jury du Prix Mystère de la Critique ont dévoilé le palmarès de la 46e édition de la récompense, publié par Yann Plougastel sur son blog : Cloé Mehdi reçoit prix pour son roman Rien ne se perd aux éditions Jigal, paru en mai 2016 et déjà lauréat du Prix Étudiant du Polar 2016 et du Prix Dora Suarez 2017.

 

Le résumé de l'éditeur pour Rien ne se perd :

 

Une petite ville semblable à tant d’autres… Et puis un jour, la bavure… Un contrôle d’identité qui dégénère… Il s’appelait Saïd. Il avait quinze ans. Et il est mort… Moi, Mattia, onze ans, je ne l’ai pas connu, mais après, j’ai vu la haine, la tristesse et la folie ronger ma famille jusqu’à la dislocation… Plus tard, alors que d’étranges individus qui ressemblent à des flics rôdent autour de moi, j’ai reconnu son visage tagué sur les murs du quartier. Des tags à la peinture rouge, accompagnés de mots réclamant justice ! C’est à ce moment-là que pour faire exploser le silence, les gens du quartier vont s’en mêler, les mères, les sœurs, les amis… Alors moi, Mattia, onze ans, je ramasse les pièces du puzzle, j’essaie de comprendre et je vois que même mort, le passé n'est jamais vraiment enterré ! Et personne n’a dit que c’était juste…

 

Côté polar étranger, on retrouve un maître du genre en la personne de Don Winslow, pour Cartel, la suite de La Griffe du chien (2007), parue en septembre 2016 chez Seuil dans une traduction de Jean Esch.

 

Le résumé de l'éditeur pour Cartel :

 

2004. Adan Barrera, incarnation romanesque d’El Chapo, ronge son frein dans une prison fédérale de Californie, tandis qu’Art Keller, l’ex-agent de la DEA qui a causé sa chute, veille sur les abeilles dans un monastère. Quand Barrera s’échappe, reprend les affaires en main et met la tête de Keller à prix, la CIA et les Mexicains sortent l’Américain de sa retraite : lui seul connaît intimement le fugitif. La guerre de la drogue reprend de plus belle entre les différentes organisations, brillamment orchestrée par Barrera qui tire toutes les ficelles : la police, l’armée et jusqu’aux plus hauts fonctionnaires mexicains sont à sa solde. Alors que la lutte pour le contrôle de tous les cartels fait rage, avec une violence inouïe, Art Keller s’emploie à abattre son ennemi de toujours. Jusqu’où ira cette vendetta ?

 

Retrouver la liste des prix littéraires français et francophones.