La cérémonie de remise des Prix Pulitzer 2016 s'est déroulée hier à New York et, pour la première fois, en diffusion simultanée sur Facebook. Une vingtaine de récompenses a été décernée à l'occasion de cet événement encore un peu plus particulier que d'habitude : la célèbre institution fête en effet son siècle d'existence.

 

Pulitzer

Statue de Joseph Pulitzer, à New York (Pete Toscano, CC BY-SA 2.0)

 

 

La majorité des récompenses Pulitzer revient à des journalistes, critiques et reporters, mais toute une catégorie s'adresse aux auteurs de l'écrit. Le Prix Pulitzer de la fiction, un des plus prestigieux, revient à Viet Thanh Nguyen pour The Sympathizer, publié en avril 2015 par Grove Press, un premier roman qui s'ancre dans le contexte de la guerre du Vietnam.

 

 

 

Le compositeur, parolier et acteur américain d'origine porto-ricaine Lin-Manuel Miranda remporte le Pulitzer de la pièce de théâtre pour Hamilton, tandis que T.J. Stiles pourra poser celui consacré à l'essai historique sur son étagère, pour Custer's Trials : A Life on the Frontier of a New America chez Alfred A. Knopf.

 

Avec son immersion dans le monde du surf pour Barbarian Days : A Surfing Life, publié par Penguin Press, William Finnegan a convaincu les jurés du Prix. En poésie, c'est l'Ozone Journal de Peter Balakian, publié par les University of Chicago Press, qui remporte la mise.

 

Enfin, le Prix Pulitzer de l'essai va à un ouvrage qui s'en penche sur un sujet très contemporain, le terrorisme, avec ISIS Black Flags : The Rise of ISIS de Joby Warrick, publié par Doubleday.