Le Prix Strega européen décerné à Jenny Erpenbeck, “un antidote à Houellebecq”

Clément Solym - 06.07.2017

Culture, Arts et Lettres - Récompenses - prix strega européen - Jenny Erpenbeck migrants - Afrique Berlin migrants


Pour le livre Voci del verbo andare, Jenny Erpenbeck a reçu le prix Strega européen. Auteure et metteure en scène allemande, elle est publiée chez Sellerio et devient la quatrième lauréate de cette récompense. Son roman était décrit par Die Welt comme « une utopie poétique et émouvante, une sorte d’antidote à Soumission de Houellebecq ».

 


 

 

Le livre prend place en automne, nous sommes en 2013 : un groupe d’Africains débarqués à Lampedusa parvient jusqu’à Berlin. À Oranienplatz, un groupe de 400 personnes campe misérablement, réclamant d’être accepté par l’Allemagne. La priorité, prendre des cours d’allemand, pour mieux s’intégrer. 

 

Et au milieu de cette foule, Richard, un philologue retraité, qui entre presque accidentellement en relation avec ce groupe d’hommes. Veuf, sans enfant, il va apprendre à leur contact, découvrir leurs vies, leurs origines – les errances depuis le Ghana, le Tchad ou le Nigeria. C’est le récit de la douleur, de la faim, de la guerre, un texte sur le courage et les obstacles que rencontrent les migrants. 
 

Le Prix Strega Jeunesse attribué à Paolo Cognetti, Les huit montagnes


Pour le philologue, baigné de littérature classique, c’est une humanité qui se dévoile : la culture l’aide à entrer en relation avec ces personnes issues de cultures parfois totalement différentes, et contradictoires avec celle de l’Occident. Mais de l’Antiquité au monde moderne, les préoccupations finissent par se confondre, dans « un difficile équilibre entre les idéaux et la survie ». 

 

 

 

Jenny Erpenbeck est née à Berlin Est en 1967 : son père était d’origine russe et sa mère polonaise. Elle compte parmi les auteurs allemands les plus en prise avec la réalité contemporaine, travaillant à l’analyse sociale, politique, et la critique des dérives de nos sociétés. Nombre de ses textes traitent des oppositions entre la richesse et la pauvreté, la liberté et la servitude, et la recherche d’une identité, jusque dans sa conception. 

 

Parmi les concurrents, on retrouvait Mathias Énard, Jonas Hassen Khemiri, László Krasznahorkai et Ali Smith. Le prix Strega européen est doté de 3000 € ainsi que d’une bourse de 1500 € remise au traducteur. Ce 6 juillet sera remis le prix Strega. 

 

Jenny Erpenbeck - Le bois de Clara - Editions Actes Sud - 9782742785469 - 19.30€