Le prix Virilo a lâché ses récompenses bourrées de testostérone

Clément Solym - 10.11.2008

Culture, Arts et Lettres - Récompenses - prix - Virilo - testosterone


Le prix Virilo, aux multiples moustaches, a été attribué selon ses trois grandes catégories, et surtout, exerçant implacablement sa volonté d'être « l'alter ego » du Fémina. En version plus... moustachue, et plus ironique.

Dès lors, les lauréats de cette première édition 2008 sont les suivants :
  • Le prix Virilo 2008 a été attribué à Robert Alexis pour "Les figures" (Ed. José Corti).
  • The Virilo Prize 2008 a été attribué à Renzo Biasion pour "S'agapo" (Ed. La Fosse aux Ours)
  • Le prix Trop Virilo 2008 a été attribué à Pierre Bisiou pour "Enculée" (Ed. Stock)
Dans un ultime pied de nez au monde de l'édition, « le jury rappelle aux maisons d’édition que le bandeau promotionnel est prêt et n’attend que leur bon vouloir ». Mais ce qui compte avant tout, c'est le plaisir de la lecture : « L’ensemble du jury remercie ces écrivains pour lui avoir offert d’excellents moments de lecture. »

Et nous, on leur donne rendez-vous l'an prochain, et on leur reprochera juste de n'avoir pas récompensé La marge molle, parce qu'inventer et rater un suicide au Canard WC, ça relève tout de même du grand art... Enfin, rappelons « la pingrerie » reconnue de ce jury : « Nous jouons le jeu et sommes fiers de donner onze, nous avons bien dit onze euros, soit un euro symbolique plus grand, plus riche, plus fort... »

Pour un euro de moins, rappelons que l'on a le Goncourt qui sera attribué dans la journée.