Le producteur du film Twilight en procès

Clément Solym - 22.02.2011

Culture, Arts et Lettres - Cinéma - twilight - proces - agent


Le texte de Stephenie Meyer n'est pas mis en cause dans cette histoire de procès - ou du moins, indirectement. Selon Nanette Shipley, la faute incombe plutôt à Maverick Films qui n'a pas respecté son engagement.

Maverick Films, c'est la société de production qui a financé Twilight et Twilight 2. Et le travail de Nanette, dans cette histoire, est celui de rapporteuse de projet.


Elle aurait, dans sa version, apporté le projet de réalisation de Twilight sur un plateau d'argent à la société de production, qui ne lui aurait jamais versé le salaire pour son travail. Par ailleurs, elle aurait également apporté le projet de The Lightning Thief.

La franchise Twilight en est à plus de 1,7 milliard $ de revenus à travers le monde, pour le premier épisode, tandis que l'autre film a tout de même rapporté 226 millions $. Et pour ces deux projets de films, Nanette réclame respectivement 75.000 $ et 100.000 $. Pourquoi moins pour Twilight ? Aucune idée.

« Malgré l'énorme succès de ces deux films - ce qui n'aurait pas été possible sans les services de Shipley - Maverick a manqué à sa promesse de payer », explique la plainte. Selon elle, seuls 20.000 $ auraient été versés sur l'ensemble de la somme convenue.

Son PDG, Mark Morgan, n'a pas souhaité commenter cette plainte. Le studio de production indépendant avait été fondé par Madonna, avant que Morgan ne le reprenne en 2008, avec notamment le projet de Twilight.