medias

Le rappeur Coolio aurait pu incarner L'Épouvantail, dans un film de Batman

Florent D. - 09.02.2017

Culture, Arts et Lettres - Cinéma - Coolio Batman Epouvantail - Joel Schumacher Batman - Michelle Pfeiffer Batman


Elle est lointaine, cette époque du film Dangerous Minds, avec Michelle Pfeiffer. Une production qui avait particulièrement mal commencé et que la chanson de Coolio avait fini par sauver. Avec Gangsta’s Paradise, s’inspirant de celle de Stevie Wonder, Pastime Paradise, Coolio cassait la baraque...

 

 

 

Prenons les mêmes, ou presque, et recommençons : en 1992, soit trois ans avant Dangerous Minds, Michelle Pfeiffer avait incarné Catwoman, dans le second Batman de Tim Burton – Batman, Le défi. Bien entendu, Coolio n’était pas au casting de cette production, mais, 25 ans plus tard, le rappeur revient sur l’histoire d’un autre film, véritable catastrophe dans les salles obscures.

 

C’est le rôle de Scarecrow qu’on avait manqué de lui confier, aka L’Épouvantail. Apparu à l’automne 41 dans World’s Finest Comics, le personnage fut créé par Bill Finger et Bob Kane : il s’agit d’un psychologue, Jonathan Crane qui use de drogues pour explorer les peurs de ses ennemis.

 

La création avait du style : enfant, Jonathan était malmené par ses camarades de classe, qui l’avaient déjà surnommé L’Épouvantail. Ce nom de super vilain servira plus tard ses intérêts. C’est à l’université de Gotham City que le professeur va s’implanter, avant d’être renvoyé pour des expériences passablement dangereuses.

 

Dans les films, Scarecrow avait fait une apparition au fil de la trilogie Dark Knight, avec une dimension plus violente encore. Mais dans les différents traits de sa personnalité, chose amusante, il a peur des... chauves-souris : une chrioptophobie amusante quand le pire ennemi s’appelle Batman.

 

Mais permettez que l’on en revienne à Coolio : récemment, le rappeur expliquait combien le film de 1997, Batman et Robin avait été un flop, complet, total, mauvais de bout en bout. La Warner Bros a tenté de faire disparaître des mémoires cette petite horreur, mais, année après année, les révélations sur cette bouse ont fleuri.

 

Joel Schumacher « était censé faire les deux films suivants », explique ainsi Coolio. Sauf qu’entre les deux hommes, le courant ne passe pas. « Je veux dire, il avait fait un film Batman terriblement mauvais. Sauf que le prochain super vilain prévu devait être L’Épouvantail. Ils ne l’ont pas fait. Peut-être qu’un jour – mais j’en suis certain, ils ne m’appelleront pas. »

 

Si l’on sait que Nicholas Cage faisait partie de la sélection d’acteurs envisagés par le réalisateur, rappelons que Schumacher avait été viré purement et simplement. Alors, imaginer vingt ans plus tard que Coolio aurait pu figurer parmi les acteurs dans un Batman, et tout particulièrement Scarecrow... ça rend nostalgique.