Le roman inachevé de Dickens rejoué sur les planches

Clément Solym - 26.11.2012

Culture, Arts et Lettres - Théatre - Charles Dickens - The Mystery of Edwinn Drood - Théâtre


Quand Charles Dickens décédait subitement en 1870, le romancier britannique se trouvait à mi-chemin de la rédaction de The Mystery of Edwinn Drood, oeuvre demeurée à ce jour inachevée. Plus d'un siècle plus tard, son récit continue d'intriguer les détectives de la littérature qui s'essayent encore à élucider le fond de l'histoire. Et tandis que le mystère reste opaque, la comédie musicale de Rupert Holmes adaptée de l'oeuvre en 1985 fait son grand retour sur les planches de Broadway, et sous la direction de Scott Ellis.

  

 

 

The Mystery of Edwin Drood, dont le récit se situe dans la ville imaginaire de Cloisterham, raconte l'histoire de John Jasper, un chef de choeur héroïnomane et secrètement amoureux d'une certaine Rosa Bud. Une demoiselle malheureusement fiancée à son neveu Edwin Drood, lui-même disparu dans de suspectes circonstances à la veille de Noël... et c'est à peu près sur ce constat que s'arrêtait dans son élan la plume de Dickens, laissant définitivement la part belle de son oeuvre au mystère.

 

Alors, le débat subsiste entre les lecteurs et autres inconditionnels de la résolution d'intrigues. Le personnage d'Ewin Drood est-il véritablement mort ? Qui aurait pu être l'auteur de ce crime ? Et quel en serait le mobile ? Tant de questions sans réponse qui ont entretenu jusqu'alors la fascination du public tout comme celle de Rupert Holmes.

 

Ce dernier évoquait récemment : « Je me suis dit pour moi-même, cette oeuvre possède nombre d'ingrédients clés pour une comédie musicale. Le protagoniste est un chef de choeur, possédé, nous a-t-on dit, par une voix que même les anges lui envieraient. Il est organiste. Il est amoureux de son élève, Rosa Bud, et donc il a de nombreuses raisons d'avoir envie de chanter pour elle, et elle pour lui. »

 

Néanmoins, il aura fallu plusieurs décennies à Rupert Holmes pour parachever son script. Il dut surmonter plusieurs difficultés. Le souci de la fin manquante notamment, qu'il a résolu en prenant le pari de ne pas le résoudre, et  il s'est affranchi du caractère morne du récit en l'imaginant tel un spectacle au sein d'un autre spectacle...

 

En effet le décor planté par l'écrivain évoque une atmosphère sombre et torturée, même si toutefois pas dénuée de quelques passages comiques qui ont inspiré la comédie musicale. Et cette ambiance trouble n'est peut-être pas sans évoquer la vie de Charles Dickens, comme semblent en attester un certain nombre de révélations mises en lumière dans les dernières biographies de l'écrivain.

 

Charles Dickens, malade au moment de l'écriture de son livre inachevé, se soignait notamment à base de laudanum, un opiacé. Et par ailleurs, certains biographes le soupçonneraient d'avoir longtemps vécu une double vie qui n'est pas sans rappeler le dualisme de son personnage John Jasper, à la manière d'un Docteur Jekyll et Mister Hyde. 

 

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.