Le roman Prédateurs adapté en série : Bienvenue chez le Ch'ttam

Victor De Sepausy - 12.09.2019

Culture, Arts et Lettres - Cinéma - Maxime Chattam - Predateurs série - adaptation


Dans la maison, on doit bicher : Maxime Chattam, adapté en série, c’est du bonheur. Et contrairement à ce que l’on aurait pu imaginer, il ne s’agit pas de Autre-Monde, qui aurait parfaitement convenu. Nan, du tout : ce sera le roman Prédateurs, sorti en avril 2007, qui va passer devant la caméra. 


 

Aux commandes, on retrouvera Alexandre Charlot et Franck Magnier, les scénaristes qui étaient à l’origine de Bienvenue chez les Ch’tis — production dont la rentabilité en a fait trembler plus d’un. Pourquoi Prédateurs, cependant ? Certainement pour sa thématique croisée : le monde est au bord d’une guerre globale, alors que d’un côté le dérèglement climatique fait rage et que de l’autre, des politiques migratoires violentes sont instaurées. 

Au milieu d’un monde devenu sauvage, le lieutenant Frewin, « fasciné par le langage du sang ». Parce que des soldats qui meurent au combat, rien de plus normal : mais dans le cas présent, ils ont été mutilés, dans des mises en scène à glacer les sangs. L’éditeur revendiquait à l’époque « un vortex de terreur », avec un psychopathe de haute voltige au cœur de ces meurtres.

La société Isolani Pictures, basée à Paris et cofondée par Alexandre Richardot et Daniel J. Cottin, sera en charge de la production. À ses côtés, Marvelous Productions et Kabo Family.
 

Au plaisir de se flanquer la trouille


C’est une grande première pour le romancier, dont les livres se sont vendus à plus de 7 millions d'exemplaires. On parle de huit épisodes de 45 minutes, de quoi véritablement suspendre le spectateur à la terreur ambiante. 

Chattam avait déjà assuré, par le passé, que les adaptations commerciales de ses œuvres ne l’intéressaient pas et qu’il préférait des réalisateurs avec une vision claire, avant de s’engager. « Cette occasion d’adapter le travail de Maxime Chattam est un défi fantastique qui nous renvoie à nos premières amours », assurent Charlot et Magnier.

C’est en effet avec le film Malefique, en 2003, qu’ils avaient reporté le prix du jury de Gerardmer. « L’univers complexe et documenté de Maxim est extrêmement stimulant, et nous sommes ravis d’adapter Prédateurs. » On attend le casting et la date de diffusion…

Le romancier publiera également Un(e)secte, ce 30 octobre, l’histoire d’un tueur qui sévit à Los Angeles, et dont les victimes sont laissées à l’état de squelette en seulement quelques heures. La semaine suivante, c’est La trilogie du mal qui sortira en version poche, chez Pocket – les trois romans en un seul volume...

via Variety


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.