Le Ruth Lilly Poetry Prize revient à Nathaniel Mackey

Julien Helmlinger - 09.05.2014

Culture, Arts et Lettres - Récompenses - Ruth Lilly Poetry Prize - Poésie - Nathaniel Mackey


Ce mardi, la Poetry Foundation a annoncé que le Ruth Lilly Poetry Prize récompensera cette année l'ensemble de l'oeuvre du Californien Nathaniel Mackey, inspirée de jazz et de mythologie africaine. Le lauréat, qui n'en est pas à ses premiers lauriers, est notamment primé pour ses poèmes en série et notamment Song of the Andoumboulou ou encore Mu. Doté de 100.000 dollars, le prix constitue l'un des plus important aux Etats-Unis.

 

 

Poetry Foundation

 

 

Entre autres récompenses, son recueil Play Anthem lui avait valu le National Book Award en 2006. Né à Miami en 1947, le poète a grandi en Californie, obtenant son baccalauréat à Princeton en 1969 et un doctorat à Stanford en 1975. Outre la poésie il a également versé dans les nouvelles épistolaires, la critique littéraire et autres oeuvres en tant qu'éditeur.

 

Comme Mackey l'exprimait en 2006 : « La sérialité et la continuité offrent un break avec les suppositions d'un travail limité, autosuffisant, en accentuant le fait que les oeuvres sont en fait des morceaux et que ceux-ci dépendent les uns des autres, poreux l'un à l'autre, en insistant sur le caractère provisoire et l'évolution des relations entre les parties. »

 

Le rédacteur en chef du magazine Poetry, Don Share, salue sa poésie qui « prolonge une lignée de bardes américains qui s'est déployée à partir de Leaves of Grass de Whitman ». Selon lui, « les mots de Mackey vont toujours là où va la musique : une réalisation brillante et importante ».

 

La récompense lui sera officiellement remise le 9 juin prochain à Chicago.