Le salon du livre de Genève, terre de francophonies

Nicolas Gary - 05.05.2019

Culture, Arts et Lettres - Salons - salon livre Genève - Belgique invité honneur - ventes livres salon


SDLGENEVE19 – Cinq journées intenses de manifestation, et Genève clôt son salon du livre avec une fréquentation en hausse, à 89.200 entrées. « Une belle réussite soutenue par la présence d’auteurs de tous horizons, un programme d’animations vivant et généreux et une ambiance conviviale et bienveillante », affirment les organisateurs.

Stand Belgique
espace Belgique Wallonie-Bruxelles

 
Pour Laurence Brenner, directrice de la manifestation, le salon a tenu ses promesses, en cherchant le décloisonnement entre les arts. « Désormais, ces expérimentations doivent s’installer dans l’esprit du public. » Les formats en ville, ou hors les murs, la grande expérimentation de 2019 « avaient une visée intimiste. Loin de chercher à éloigner les Genevois du salon, nous avions à l’esprit de leur offrir l’opportunité de découvertes insolites ».

Une aventure qui connut quelques déboires, notamment pour les balades en bateau sur le lac, annulées du fait d’une mauvaise météo. « Quelque chose s’est déroulé cette année : la scène Apostrophe a marché comme jamais, de même que le salon africain ou la scène des Imaginaires qui ont rencontré un grand succès. » La présence d’Alain Damasio ou encore du projet Du livre au jeu vidéo ont largement contribué à ce que cet espace attire les visiteurs. 

Du côté du distributeur Servidis, en charge de plusieurs stands — dont Seuil/La Martinière ou L’école des loisirs — les chiffres sont significatifs. « Nous avons changé notre fusil d’épaule, en répartissant les espaces éditeurs. Cette répartition a plus de sens du point de vue des visiteurs. » Conclusion : 12 à 13 % de chiffre d’affaires en plus. Même si l’on est « surpris que le mois de mai ait été abandonné au profit de l’horlogerie ». Les nouvelles dates de l’édition 2020 — du 28 octobre au 1er novembre — provoquent en effet des réactions mitigées. 

salon divers
stand L'école des loisirs

 
En face, les librairies Payot, qui avaient en charge L’îlot jeunesse, affichent une bonne performance de + 2,85 %, sur ce stand. « Sur les quatre autres scènes que nous gérons, les résultats ont été variables : une forte baisse pour la scène “philo” (- 30 %), une légère baisse pour la scène “polar” (- 3 %) [NdR : considérant qu’en 2018, Joël Dicker, très populaire en Suisse avait sorti un livre], et une hausse de + 6,02 % en moyenne pour les deux autres (“bien vivre”, “voyage”). Au total, nous enregistrons une légère croissance (+ 1 %) », explique Pascal Vandenberghe, PDG de Payot.

Et comme tout un chacun, c’est une fréquentation en dents de scie, en regard de 2018 qui est constatée : très forte le mercredi, en baisse jeudi et vendredi, et stable les samedi et dimanche. « Ce fut une bonne édition, qui montre que les “critiques” sont infondées, et donne tort aux sempiternelles annonces de la fin du livre, du salon, voire du monde… », s’amuse Pascal Vandenberghe. 
 

“Octobre tiendra sa revanche”


« Si l’on considère le public strictement, cela fait sens, mais pour la dimension internationale que le salon acquiert, la proximité de Francfort, Montréal et Montreuil posera des problèmes logistiques », pointe un professionnel.

Laurence Brenner nuance : « Le changement de date découle d’une réorganisation des salons au sein de Palexpo. Nous avons dû choisir de nouvelles dates pour le salon, considérant que janvier, qui était notre seconde option, n’était ni propice aux libraires ni au pôle BD. » 

salon divers
Ilôt jeunesse de Payot
 

Le Salon International de la Haute Horlogerie, qui se tiendra en effet en avril 2020, simultanément à la manifestation de Bâle, a en effet contraint Palexpo à décaler le salon du livre. « Nous affichons tout de même 10 % de ventes de plus qu’en 2018, avec une programmation plus riche. » Si les difficultés inhérentes aux dates de 2020 sont connues, l’organisation affûte déjà ses armes…
 

Des exposants plus que satisfaits


Le stand du Québec, pour qui Genève est « un rendez-vous incontournable, repart galvanisé par toutes les opérations, et spécialement les assises », insiste Richard Prieur, directeur général de Québec Éditions. « Nous ferons tout notre possible pour revenir, même si l’automne n’est pas propice du fait des multiples rendez-vous internationaux. »

Pour autant, Genève s’affirme comme un lieu de convergence entre le grand public et les rencontres professionnelles. « Sans être un salon de vente de droits, le salon parvient à se positionner au croisement de deux mondes : celui des lecteurs, venus pour acheter des livres, et des assises, un véritable atout pour la manifestation. On ne dira pas assez à quel point la diversité de ces journées sert à l’ensemble de ses participants. » 
 
Les 5e assises de l’édition, coorganisées par ActuaLitté, auront rassemblé plus de 400 professionnels libraires, éditeurs, bibliothécaires, auteurs, institutionnels, représentants de la francophonie qui se sont retrouvés autour de débats portant sur la thématique: Le livre par-delà les frontières. « La qualité des échanges et les perspectives de collaboration qu’offrent les assises confirment leur rôle pivot, les professionnels ayant plus que jamais besoin de moments privilégiés », relève le salon dans son communiqué.
 

Invité d'honneur, une manne


La Belgique, invitée d’honneur, se délecte elle aussi : « Durant la seule journée du 1er mai, nous avons vendu plus de livres que sur l’ensemble de Livre Paris », indique Fabienne Rynik, responsable de l’export à l’ADEB (Association des éditeurs belges). Radical. Plus d’espace, plus de titres, mais surtout « un public friand de découvertes, qui ne court pas après la notoriété des auteurs et s’ouvre largement à la découverte ».

Une découverte qui est principalement passée par la littérature jeunesse, et les éditions Alice, particulièrement prisées par les visiteurs. « En outre, la rencontre entre les diffuseurs suisses et les éditeurs belges a permis des échanges fructueux », poursuit-elle. « Cette invitation a débouché sur une très belle réussite. »

salon divers
le stand belge

 
Aurore Boraczek, responsable Lettres et Livres Wallonie-Bruxelles International, évoque pour sa part les rencontres ayant permis aux éditeurs belges de rencontrer leurs homologues suisses alémaniques. « Ce salon aura favorisé la cohésion globale des acteurs belges, réunis autour d’un stand que nous avons souhaité accueillant et chaleureux. »
 
Que ce soit avec le public genevois ou dans les interactions entre professionnels, les représentants belges ne boudent pas leur plaisir. « Le salon a simplifié rendu les discussions avec le reste de la francophonie. Et dans le même temps, la délégation du ministère de la Culture a pu découvrir toute l’ampleur et la diversité de la production de livres nationale. »

Entre le public suisse et les échanges favorisés par les assises de l’édition, « c’est tout un mouvement où Belges, Suisses et Québécois ont pu trouver des occasions de se rapprocher », indique-t-elle. Avec pour conséquence directe que les autorités belges décident d’augmenter l’enveloppe allouée au soutien et la promotion des lettres belges, pour son rayonnement à l’international.  

Genève, définitivement terre de francophonie.


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.