Le Seigneur des Anneaux : Amazon a intérêt à respecter fidèlement Tolkien

Clément Solym - 09.08.2019

Culture, Arts et Lettres - Cinéma - Amazon adaptation - Seigneur anneaux Tolkien - série Amazon


Il se pourrait bien qu’un Balrog vienne frapper à la porte du bureau, armé de mauvaises intentions, si Jeff Bezos déroge un peu trop à la lettre de JRR Tolkien. Amazon doit en effet produire une adaptation, programmée depuis 2017, avec 1 milliard $ de coût, pour 5 saisons. Mais gare, gare, gare au Balrog si l’univers dérive…


Sauron... ou sauront pas se contrôler ?


Les ayants droit se sont montrés intraitables, assure Tom Shippey, spécialiste de Tolkien, qui a apporté ses services pour la réalisation. Avec l’interdiction formelle et totale de mélanger les époques, les personnages ou de sortir un gloubiboulga qui perturberait l’œuvre originelle.

En somme, The Second Age, qui doit être au cœur de l’adaptation, n’aura pas le droit de déborder, dans les événements ou protagonistes qu’il met en scène, sur le Third Age, au cœur des livres de Tolkien et des films de Peter Jackson.
 
Pour qui n’est pas encore parfaitement familiarisé avec l’histoire de la Terre du Milieu, il faut rappeler que le Deuxième Âge s’étend sur une période de plus de 3000 ans, et a débouché sur la première disparition de Sauron. 

« Amazon a les mains relativement libres, pour ajouter quelque chose sur la période, car, très peu de détails sont dévoilés sur cette période », assure Shippey à Tolkien Geselschaft.
 

Marcher sur des oeufs, sous peine de sanction


Mais les héritiers sont intransigeants et insistent pour que la forme globale du Deuxième Âge ne soit pas modifiée. Sauron envahit Eriador, se retrouve contraint de repartir, car repoussé par une expédition númenoréenne. Et il regagne alors Númenor avant de corrompre les Númenoreens : il obtiendra alors de ces derniers qu’ils brisent l’interdit de Valar. 



 
On pourra consulter la chronologie complète pour plus de précisions.

Mais voilà : quand bien même le cours de l’histoire est partiellement méconnu, il devra suivre ce que l’on sait et que Tolkien a établi. Et ne pas faire d’improvisation. Les licences créatives et poétiques qu’Amazon prendra ne devront à aucun moment entrer en contradiction avec les écrits du romancier.
 
Car les ayants droit conservent un droit de veto sur l’ensemble du contenu de la série et sont disposés à éliminer tout ce qui ne relèverait pas de la vision qu’avait transmise Tokien — dont ils incarnent aujourd’hui les gardiens du temple. La série télévisée ne pourra donc rien emprunter ni au Premier Âge ni au Troisième Âge, sous peine de voir les avocats des héritiers débarquer.

Moralité ? Eh bien, on pourrait ne pas voir de Hobbits ni de Gondoriens, ainsi que d’autres créatures auxquelles le public a été habitué. 


Commentaires
C'est une bonne chose que ce garde-fou des ayants-droit. Ils devront respecter aussi les annales du deuxième âge avec la chronologie des rois (et reine !) de Numenor avec les quelques notices biographiques qui l'accompagne. ça laisse de la place à l'imagination des scénaristes. Cela étant si la série va jusqu'au bout du deuxième âge, nous verrons la naissance des royaumes d'Arnor et du Gondor
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.