Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Les armes à feu, une place préoccupante dans les films à succès

Clément Solym - 12.11.2013

Culture, Arts et Lettres - Cinéma - violence - films - classification


Trop de violence dans les films, tout cela n'est pas très nouveau. Mais une étude américaine délivrée par l'académie des pédiatres montre que la violence a triplé depuis 1985. La classification PG-13 (Certaines scènes peuvent heurter les enfants de moins de 13 ans ; Accord parental recommandé, film déconseillé aux moins de 13 ans) a été trois fois plus apposée sur les productions hollywoodiennes...

 

 

 

 

L'American Academy of Pediatrics avait déjà constaté qu'avant son étude, la violence dans les films avait doublé, depuis 1950, et jusqu'en 1985. Mais à compter de cette date, c'est l'apocalypse dans les salles. En d'autres termes, les studios ont compris que la violence se vend, et se vend plutôt bien.

 

Pour les besoins de l'étude, les spécialistes ont passé en revue les 30 meilleurs films de chaque année, depuis 1950 jusqu'à 2012. Sur un total de 945 films en 60 ans, ou presque, on dénombre 17.695 scènes de violence, expliquent les chercheurs, qui travaillaient pour le compte de l'Ohio State University et l'Annenberg Public Policy Center située à l'université de Pennsylvanie.

 

Sur 396 des 420 films diffusés depuis 1985, la violence est particulièrement présente avec 783 cas de violence motivée par des armes à feu. Or, ce qui est passablement désagréable, c'est de constater que dans ces films on retrouve de nombreuses adaptations de séries comics (à l'exception de Taken 2), et ce, dans un mouchoir de poche : 

 

The Dark Knight (2008), 

Transformers: Dark of the Moon (2011), 

Captain America: The First Avenger (2011), 

The Avengers (2012), 

The Amazing Spiderman (2012)

Taken 2 (2012)

 

Des adaptations qui ne prêtaient pas nécessairement le flanc à de pareilles critiques, mais pour lesquelles les auteurs de l'étude suggèrent que les scènes de sexe étaient plus susceptibles de subir une évaluation plus stricte encore que les scènes de violence. 

 

Mais voilà : cette notation PG-13 est réalisée par la MPAA, Motion Picture Association of America. Et selon les scientifiques, il faudrait que l'organisation revoie en profondeur ses outils et critères de notation. En effet, si les PG-13 nécessitent un accord parental, la classification R limite l'accès aux films aux adolescents de plus de 17 ans, avec un accompagnant adulte. Le PG-13 implique simplement que certaines scènes ne sont pas adaptées aux jeunes de moins de 13 ans.    

 

Daniel Romer, qui a supervisé l'étude, estime que les parents seraient étonnés « de constater que les films classés PG-13 sont remplis de cas d'une grande violence armée. Nous savons que les films enseignent aux enfants comment se comporter en tant qu'adultes, et ils leur présentent un usage des armes à feu qui semble enthousiasmant et attrayant ».

 

Selon lui, la simple présence d'armes dans des films, et spécialement des films tirés d'oeuvres, ou inspirés par des oeuvres écrites peut augmenter le comportement agressif des jeunes.

 

Précision : le classement a été introduit en 1985, mais clairement, l'étude met en exergue que l'année 2012 a été particulièrement violente dans ses productions.