Les couleurs de la divination : les secrets du codex pré-combien Copsi

Gariépy Raphaël - 26.10.2020

Culture, Arts et Lettres - - Manuscrit codex Patrimoine - Codex Cospi Bologne - couleurs recherche étude


Manuscrit divinatoire, le Codex Copsi est un des rares documents Aztèques à avoir survécu à la « civilisation » apportée par les conquistadors. Une équipe de chercheurs est aujourd’hui bien décidée à en décrypter tous les secrets, et notamment de percer le mystère de ses couleurs. 
 


Très peu de textes précolombiens ont échappé à la folie destructrice des conquêtes espagnoles et le manuscrit divinatoire nahuan, aussi appelé Codex Cospi est un des rares documents à nous être parvenu. Le livre est arrivé à Bologne au XVIe siècle grâce à Domingo de Betanzos, un frère dominicain espagnol, et est aujourd’hui conservé dans la bibliothèque universitaire de la ville italienne. 

En 2006, une série d’analyse était effectuée sur le codex : une expérience pionnière en ce qui concerne les textes précolombiens. Cette première recherche avait constitué un point de départ pour une étude générale des documents concernant cette période, les chercheurs impliqués s’intéressant ensuite à la plupart des manuscrits précolombiens existants dans le monde. 15 ans et d’importantes avancées technologiques plus tard, cette même équipe est bien décidée à se pencher de nouveau sur le texte. 

Le Codex Cospi est un écrit religieux au caractère divinatoire, on y aperçoit des représentations du dieu Vénus Tlahuizcalpanteuhtli et une série de prêtres présentant des offrandes devant des temples. Mais nous ne sommes pas dans Da Vinci Code, et si les chercheurs étudient une seconde fois l’œuvre, ce n’est pas pour chercher à décrypter une obscure prophétie Aztèque donnant un indice sur le vaccin contre la Covid. Armée de technologies de pointe en manière d’imagerie, l’équipe de l’université de Bologne va s’efforcer de percer le mystère des couleurs utilisées par les anciens. 
« Le niveau de détail que ces techniques sont capables de fournir est sans précédent et jettera un éclairage nouveau sur les pratiques picturales et technologiques développées par les artistes précolombiens », annonce d’emblée Davide Domenici, professeur à l’Université de Bologne et responsable du projet. 

L’équipe de recherche utilisera un scanner macro-XRF, un outil qui utilise des rayons X pour examiner la composition de l’objet étudié. Une fois la distribution des éléments chimiques connue, il sera possible d’identifier les pigments. Le Codex Cospi sera également soumis à l’imagerie hyperspectrale : cette méthode permet d’étudier la manière dont la lumière est absorbée, réfléchie et émise, ce qui permettra aux chercheurs de mieux comprendre l’utilisation de colorants organiques tels que l’indigo. 

Ces recherches, qui permettent de faire vivre une culture qui aurait pu être vouée à l’oubli, sont particulièrement importantes pour les universités d’Amérique latine où l’intérêt pour les langues et la littérature autochtones n’a cessé de croître au cours de ces 20 dernières années.


Via Phys.org 

Crédit photo : Pages 12 et 13 du Codex Cospi - CC BY 4.0 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.