Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Les écoutes du News of the World au cinéma, par George Clooney

Louis Mallié - 06.09.2014

Culture, Arts et Lettres - Cinéma - George Clooney - Rupert Murdoch - Nick Davies


Au cas où les scandales des écoutes de l'empire médiatique de Rupert Murdoch n'auraient pas encore fait assez parler d'eux, le magazine Variety a annoncé que l'acteur, producteur réalisateur américain dirigerait l'adaptation de l'ouvrage Hack Attack de Nick Davies. Car en plus d'être une histoire vraie, le livre contiendrait en effet tous les éléments d'un bon film…

 

 

George Biard, CC BY-SA 3.0

 

 

« Étant le fils d'un journaliste, George se sent très concerné par le rôle que peut jouer la presse dans nos vies », a expliqué Michael De Luca, de la Columbia Pictures, studio à l'origine du projet du long-métrage. « Avec Hack Attack, George explorera le côté obscur de ce monde, un business dans lequel toutes les lois du journalisme sont bafouées pour de l'argent facile. »

 

George Clooney n'est déjà pas tout à fait étranger au milieu : en 2011, il avait sorti Les marches du pouvoir, film porté sur les dessous de la communication politique, poursuivant ainsi sur la lignée de Good Night and Good Luck, pour lequel il avait été nominé à l'oscar du meilleur réalisateur en 2006. Selon l'acteur et réalisateur, le film posséderait en effet tous les « éléments » susceptibles de faire un bon film : « mensonge, corruption, chantage », sachant que « la plupart relèvent de l'histoire vraie. » 

 

L'ouvrage de Nick Davies avait en effet suivi, au cours de six années d'enquête, le groupe News Corporation de la famille de Rupert Murdoch. Publié le 31 juillet dernier chez Chatto & Windus, le livre Hack Attack revenait ainsi notamment sur les scandales des nombreuses écoutes téléphoniques pratiquées par le journal sur les célébrités, membres de la famille royale — et même l'écolière Milly Dowler, assassinée en 2002.

 

Le milliardaire avait alors été forcé de fermer son magazine News of the World. Qui plus est, le film est d'autant plus d'actualité qu'en juin dernier, le précédent rédacteur en chef du magazine, Andy Coulson, était condamné à 18 mois de prison pour sa part de responsabilité dans les affaires d'écoutes. De nombreuses célébrités anglaises avaient fait l'objet d'écoutes et d'intrusions dans leurs vies privées, de Katie Price à J.K Rowling en passant par Linda McCartney et Jade Goody.

 

On se souvient notamment du combat de Hugh Grant et de J.K. Rowlling — elle-même objet d'écoutes téléphoniques de l'industrie de Rupert Murdoch. La romancière et le comédien avaient en effet accusé l'an dernier le gouvernement d'abandonner les victimes de piratage à leur sort. En ce sens, ils avaient enjoint David Cameron de se mobilier en faveur de nouvelles mesures, avant d'être considérablement déçus par sa marche arrière sur le projet de loi Leveson, visant à réguler la presse — et particulièrement la presse tabloïd, plus prompte à déborder sur la vie privée. Et s'ils sont de plus en plus en plus victimes d'atteinte à la vie privée, les artistes et écrivains sembleraient au moins en tirer un petit bénéfice.

 

Ainsi, ironie du sort, c'est sous son pseudonyme — éventé — de Robert Galbraith que la créatrice d'Harry Potter publiait une nouvelle enquête du détective privé Cormoran Strike, The Silkoworm. Celle-ci mettait alors en scène de nombreux protagonistes de l'affaire à laquelle elle avait été mêlée en 2011, et évoquait les fuites d'information et le piratage de téléphone, le tout agrémenté d'un reporter de mauvaise réputation. Dès le premier chapitre, à lire en ligne, le détective met d'ailleurs en garde un homme de l'industrie des médias : « Instruire les gens à pirater les téléphones est illégal aussi, j'ai cru entendre. »

 

Quelque chose que devrait nous confirmer Clooney en 2016, année prévue de la sortie du film…