"Les éditeurs sont généralement plus stressés que les journalistes"

Antoine Oury - 17.04.2015

Culture, Arts et Lettres - Salons - éditeurs - journalistes - Foire du Livre de Londres


À force de déambuler dans les allées des salons professionnels, on finit forcément par les croiser : à Londres comme à Francfort, 5 ou 6 masseurs professionnels sont présents, afin d'offrir un peu de détente aux visiteurs. Au bout du troisième jour de Foire du Livre, à Londres, on n'a pas pu résister. Et on en a profité pour poser quelques questions.

 


London Book Fair 2015

Les masseurs à la Foire du Livre de Londres 2015

(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

La société Mobile Massage UK avait investi quelques mètres au sein d'une des allées principales de la Foire du Livre de Londres, pour un havre de paix au milieu du tumulte. Le massage dure une quinzaine de minutes, moyennant une rémunération au choix (minimum 10 £, quand même). Après quelques nœuds identifiés au niveau des cervicales, la première question est évidente : qui, des journalistes ou des éditeurs, sont les plus stressés ?

 

« Ce sont plutôt les éditeurs », répond (un peu trop vite, à notre goût) la personne qui prend soin des muscles et nerfs de nombreux quidams. « Probablement parce qu'ils ont beaucoup de responsabilités lors d'événements comme ceux-ci. »

 

Les conversations engagées lors des premières minutes « tournent évidemment autour de la Foire : ils racontent le succès, les déceptions, les rencontres, la fatigue... Quand nous avons des écrivains, nous parlons bien sûr de leur œuvre, surtout. » Mais jamais personne, de mémoire de masseur, n'a proposé de prolonger la séance en privé...

 

Au rayon des conseils pour ce type d'événements, « il vaut mieux privilégier le sac à dos, serré, pour porter des livres, mais la meilleure solution reste bien sûr la valise à roulettes ». De fait, tous les éditeurs ou presque se reconnaissent à cet accessoire. Mais, le plus primordial, « c'est de boire beaucoup d'eau, et d'éviter les repas trop lourds. Salade, légumes, pas de viande en trop grande quantité. Et surtout, éviter de boire plus d'une tasse de café. »

 

Ensuite, l'interview s'arrête : comme la plupart des « patients », « ou comme ma mère », le massage est si efficace que le silence se fait.