Les fans de Game of Thrones rassurent George RR Martin, grave à la bourre

Camille Cornu - 04.01.2016

Culture, Arts et Lettres - Cinéma - George Martin - soutien fans - game of thrones


George Martin a annoncé il y a quelques jours qu’il ne terminerait pas le prochain tome du Trône de Fer avant la sortie de la saison 6. Les réactions ne se sont pas fait attendre : fans déçus ou inquiets de ne pouvoir échapper aux spoils de la série avant d’avoir lu le livre... L’auteur est venu rassurer ses lecteurs dans un long post sur son blog, mettant l’accent sur sa propre déception et sur la pression que représente désormais l’écriture de son livre. Touchés et heureux qu’on prenne la peine de leur expliquer la situation, les fans se sont laissés aller à une avalanche de messages d’encouragement.

 

George R. R. Martin

Gage Skidmore, CC BY SA 2.0

 

 

Tout autant que les lecteurs, l’auteur et ses éditeurs auraient aimé sortir The Winds of Winter avant la série. Mais la saison six devant sortir en avril, le livre aurait dû être prêt pour mars, et, en ce début janvier, George Martin ne pouvait qu’annoncer sa propre déception quant à son incapacité à relever le défi. Il commençait également à se sentir vaguement harcelé par les questions récurrentes sur la date de sortie de son livre, qui finissaient par lui mettre la pression, l’empêchant encore plus d’écrire. 

 

Dans un billet sur son blog, il annonçait que le prochain tome de A Song of Ice and Fire ne serait pas terminé avant la série. Après avoir reçu tant de demandes d’informations de la part de fans, qui s’inquiétaient également de trouver des spoilers dans la série qui leur auraient ensuite gâché le plaisir du livre, George Martin tenait à mettre les choses au clair. Non, le livre ne serait pas terminé avant la série, mais il est en bonne "voix".

 

Et surtout, il tenait à rassurer les fans sur leur inquiétude des spoils : « Quelques-uns des spoilers que vous pourriez rencontrer dans la saison 6 pourraient ne pas en être. Parce que la série et les livres ont divergé, et continueront ainsi. » 

 

Une avalanche de soutiens

 

Plus que ces nouvelles, c’est la propre déception de l’auteur qui s’est largement propagée et à laquelle les fans ont réagi. Le soir même, il postait un nouveau billet pour remercier les fans qui lui avaient laissé plus de 1000 commentaires, le remerciant de donner des nouvelles, lui disant de prendre son temps, le rassurant ou l’encourageant...

 

« Les lecteurs de 50 ans jugeront la qualité du livre, et pas sa capacité à sortir avant une adaptation télévisuelle. Même si j’aimerais le lire bientôt, j’approuve davantage que la priorité soit donnée à la qualité. », commente un des fans.

 

« L’avalanche de soutien en réponse à mon post a été incroyable. (...) Je ne peux pas vous dire à quel point j’apprécie les gentils mots et souhaits », répond l’auteur. Il a également dû fermer les commentaires sur le post en question, ayant trop de messages à lire, et comme on le sait, déjà beaucoup de travail de prévu. 

 

Pour la suite, il continuera, comme il l’a dit, à écrire « page par page, chapitre par chapitre de la seule façon qu’il connaisse ».

 

Il y a quelques années, Neil Gaiman était venu à la rescousse de George Martin, harcelé par des fans qui exigeaient d’avoir la suite plus rapidement. Il avait posté un billet sur son blog, où il expliquait que les écrivains ne sont pas des machines : « George Martin is not your bitch. » 

 

La série et le livre pourront maintenant continuer leur chemin en toute indépendance, chacune dans son propre scénario et surtout chacune à son rythme, celui de l’écriture solitaire d’un côté et celui du travail pour HBO de l’autre. 

 

« Parce que les livres et la série sont tellement populaires, je dois faire constamment des entretiens. Je dois planifier des voyages en permanence. Tout à coup, je suis invité à me rendre en Afrique du Sud, ou à Dubaï – et qui déclinerait un voyage gratuit à Dubaï ? », expliquait le romancier, récemment.

 

Pourquoi attaquer de la sorte ? Pour justifier les retards pris dans la rédaction du prochain tome. Tout est affaire de concentration – et certainement pas de crise de la page vierge. « Au cours des dernières années, tout le travail que j’ai fait a généré des problèmes parce qu’il entraîne des distractions. »