Les héritiers de Tolkien s'opposent au biopic de Dome Karukoski

Camille Cado - 24.04.2019

Culture, Arts et Lettres - Cinéma - Tolkien biopic - Tolkien droits justice - domaine Tolkien droits


Le « Tolkien Estate », structure juridique qui gère l’ensemble des droits en lien avec l’œuvre et les licences liées aux créations de J.R.R. Tolkien, ainsi que ses héritiers, ont annoncé qu’ils désapprouvaient le biopic de Dome Karukoski revenant sur la vie et l’œuvre du créateur de la saga Le Seigneur des Anneaux

tolkien
Twitter Trends 2019, CC BY SA 2.0
 

Souvenez-vous, en 2017, nous avions annoncé qu’un film tiré de la vie de l’écrivain le plus emblématique de la fantasy, J.R.R Tolkien, verrait le jour. Le long métrage, dont la réalisation était alors confiée au Finlandais Dome Karukoski (Tom of Finland), devait sortir en salles françaises le 9 juin 2019, soit un peu plus d’un mois après sa sortie au Royaume-Uni. À l’affiche, Nicholas Hoult, Lily Collins et Craig Roberts.

Sauf que la fondation de l’auteur britannique, ainsi que sa famille se sont formellement opposées à ce biopic. Ils ont en effet publié une déclaration mardi 23 avril, annonçant leur « souhait de faire clairement savoir qu’ils n’approuvaient pas, n’autorisaient pas ou ne participaient pas à la réalisation de ce film ».

Un membre de la famille a souligné que cette déclaration, plutôt que d’annoncer de futures actions en justice, visait seulement à clarifier leur position vis-à-vis du film.  

John Garth, auteur de la biographie Tolkien and the Great War (HarperCollins) traduit en France par Johan-Frédérik Hel Guedj sous le titre Tolkien et la Grande Guerre (Christian Bourgois), a jugé cette réaction raisonnable et compréhensible.

« L’approbation de la famille Tolkien conférerait de la crédibilité à toutes les divergences et distorsions que se permettra le film. Et cela ferait du tort à la vraie histoire », a-t-il déclaré. « En tant que biographe, je m’attends à corriger les nouvelles fausses idées ou anecdotes qui découleront du film. »
 

 
 

Le domaine Tolkien : une chasse bien gardée 


En 2011, déjà, les héritiers avaient intenté une action en justice contre le roman de Steve HillardMirkwood : A Novel about J.R.R. Tolkien, parce qu’il utilisait l’auteur comme personnage principal. « À aucun moment nos clients n’ont accordé la permission d’utiliser le nom et la personne de J.R.R. Tolkien dans le roman ni ne l'ont souhaité », soulignait le cabinet d'avocats. 

L’affaire a été réglée après que Steve Hillard a accepté d’ajouter l’avertissement suivant : « Il s’agit d’une œuvre de fiction qui n’est ni approuvée ni liée à la fondation J.R.R. Tolkien ou à son éditeur ». Le biopic de Dome Karukoski devra-t-il porter une pareille recommandation ? 

En 2012, la famille de Tolkien a également intenté une action en justice contre les jeux de hasard en ligne qui mettaient en scène des personnages du Seigneur des Anneaux. « Dans le monde des casinos et des paris en ligne qui soulèvent des questions morales, cela a outragé les fans dévoués de Tolkien, causant un dommage irréparable à l’héritage de ce dernier et a la valeur commerciale de ses travaux », avaient affirmé les plaignants. 
 
Christopher Tolkien, le fils de l’auteur, avait aussi montré sa désapprobation à l’égard des films de Peter Jackson. En 2012, il confie au Monde que le réalisateur « a éviscéré l’œuvre de [s]on père » : « Tolkien est devenu un monstre, dévoré par sa popularité et absorbé par l’absurdité de l’époque. Le fossé qui s’est creusé entre la beauté, le sérieux de l’œuvre, et ce qu’elle est devenue, tout cela me dépasse. Un tel degré de commercialisation réduit à rien la portée esthétique et philosophique de cette création. »

En 2014, Peter Jackson avait affirmé que son exploration de l’univers de Tolkien touchait à sa fin « pour une question de droits ». Des droits toutefois vendus trois ans plus tard, à Amazon, pour une série télévisée du Seigneur des Anneaux. La firme de Jeff Bezos avait annoncé pouvoir investir jusqu’à 1 milliard $ au total (soit plus de 850 millions €) pour la production des 5 saisons annoncées sur son service de vidéo Prime. Certaines autorisations se monnayent plus chèrement que d'autres.


Via The Guardian


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.