Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Les journées Paul Valery : Sète fois plutôt qu'une

Victor De Sepausy - 05.09.2017

Culture, Arts et Lettres - Salons - journées Paul Valery - Sete écrivain poète - hommage littérature Bossuet


Pour la 7e édition des Journées Paul Valéry, un thème s’est imposé avec naturel pour un poète et un penseur à l’œuvre immense : Paul Valéry et les écrivains. Homme de lettres reconnu, poète adulé, académicien sollicité et penseur apprécié pour l’originalité de ses points de vue, Paul Valéry s’est présenté lui-même avec ironie comme le « Bossuet de la IIIe République ».




 

La distance signe l’élégance si caractéristique de l’homme qu’il a été, mais révèle aussi un rapport à la création littéraire qui a toujours été complexe, marqué par deux coups d’arrêt – de 1893 à 1895 puis de 1897 à 1917 – et par des nouveautés évidentes – l’écriture des Cahiers. 
 

Ce n’est pas le moindre des paradoxes que Valéry ait refusé avec constance pour lui-même le statut d’écrivain. À de multiples reprises, il a expliqué l’être devenu malgré lui, par la volonté de quelques-uns et par la lecture du plus grand nombre. À ses débuts, la littérature s’entourait en effet pour lui d’une aura de mysticisme venue de certains grands auteurs, tel Hugo, Baudelaire, Rimbaud ou encore Poe. Son exigence spirituelle et le refus de tout sacrifier à la création littéraire l’ont conduit à une admiration sans espoir : de l’Hérodiade, Valéry écrit ainsi à Mallarmé, dans une formule annonciatrice de la crise traversée en 1892, qu’elle « éblouit et désespère ». 
 

Au-delà du silence poétique relatif que Valéry s’impose par la suite, la relation aux écrivains met au jour l’un des enjeux majeurs de son œuvre : la recherche et la définition de l’objet propre à la littérature. La réflexion de Valéry, développée en particulier dans les cours de poétique donnés au Collège de France à compter de 1937, prolonge une interrogation apparue au commencement de l’œuvre et approfondie ensuite. Par la conscience aiguë qu’il montre de la nature du travail littéraire et du métier de l’écrivain, Valéry donne ainsi naissance aux courants de la nouvelle critique et marque durablement toute la création de l’Après-guerre. 
 

Durant ces Journées, les spécialistes approfondiront à travers une série de conférences un sujet dont ils traqueront les implications dans l’œuvre même. Par ailleurs, la relation de Valéry aux écrivains dépasse les circonstances étroites de la biographie. Par son travail critique sur le langage et sa réflexion sur la littérature, Valéry entre en résonnance avec le travail en train de se faire des poètes contemporains. 
 

Dans le cadre de lectures, les poètes invités présenteront plus librement de quelle manière s’établit – ou non – le dialogue entre l’œuvre de Valéry et leur propre création. Les lectures musicales et les spectacles donneront enfin une approche renouvelée des textes qui trouveront dans l’événement une forme inattendue d’actualisation. 


Créé en 2011, Les Journées Paul Valéry est un rendez-vous international annuel permettant une découverte ou une redécouverte du poète et philosophe à travers des voix multiples : voix de spécialistes de l’auteur provenant de nombreux pays du monde, voix de poètes contemporains de différentes origines. Ces derniers sont invités à lire leurs propres textes mais aussi à livrer leur propre regard, leur regard de poète, sur le poète et penseur. Les Journées Paul Valéry ce sont aussi les voix de comédiens livrant des textes de Valéry (poésie, textes philosophiques, essais, correspondance...), voix d’artistes lui ayant consacré des créations, voix de musiciens, de chanteurs accompagnant plusieurs des manifestations. 
 

Les Journées Paul Valéry ont pour préoccupation essentielle de présenter à un large public, l’œuvre du poète, écrivain, philosophe comptant parmi les figures de la création universelle. 
 

Des visites/découvertes du fonds Paul Valéry sont également proposées au public pendant ces Journées. Elles permettent de faire mieux connaître une collection qui ne cesse de s’enrichir et qui constitue un des fleurons du Musée : manuscrits (dont le premier du Cimetière marin), correspondances, important ensemble iconographique composé de dessins, pastels, aquarelles, peintures, sculptures de Valéry, photographies annotées, portraits de l’auteur par d’autres artistes...