Les lauréats 2017 du Prix Littéraire Fetkann ! Maryse Condé

Victor De Sepausy - 25.11.2017

Culture, Arts et Lettres - Récompenses - maryse condé prix - prix littéraire fetkann - lauréats fetkann condé


Pour sa 14e édition, le prix Fetkann ! Maryse Condé, a dévoilé ses lauréats, pour les différents thèmes, mémoire, recherche, jeunesse et poésie. Créé par José Pentoscrope, Président du CIFORDOM, il intervient dans le cadre de l’application de la loi Taubira du 10 mai 2001 qui reconnaît la Traite négrière et l’Esclavage comme crimes contre l’Humanité. 




 

Mémoire des pays du sud/Mémoire de l’humanité, le prix récompense cinq auteurs — quatre hommes et une femme, à travers quatre catégories.

 

Prix Fetkann ! de la Mémoire : décerné à Gary Victor, pour Les temps de la cruauté. 

  

Dans un cimetière de Port-au-Prince, Valencia, portant son bébé dans les bras, mendie et se vend aux hommes au milieu des tombes. Lorsque Carl Vausier, en pleine dépression après une douloureuse rupture, la rencontre, il ressent une étrange attraction pour la très jeune femme, qui n’est ni amoureuse ni sexuelle. Il croit voir en elle la possibilité de sa propre rédemption. Ce chemin se révélera cependant périlleux pour lui, car il le reliera à deux épisodes difficiles de son passé auxquels sa mémoire tente de donner d’autres contours. 
 

Grâce à une maîtrise parfaite des rouages romanesques, Gary Victor va tisser ces trames pour faire surgir un final inattendu. Les vives tensions de la société haïtienne n’épargneront aucun personnage, et Carl se verra tour à tour instrument et victime de cette cruauté qui exerce une bien étrange fascination sur le lecteur. 

 

 

Prix Fektann ! de la recherche, attribuée à Bernard Gainot pour La révolution des esclaves, Haïti, 1763-1803


Au XVIIIe siècle, Saint-Domingue est le fleuron de l’empire colonial français. Dans cette société composite, les inégalités sont criantes. Attachés au maintien du système esclavagiste, les planteurs blancs souhaitent une plus grande autonomie de la colonie. Les « libres de couleur », fils d’esclaves affranchis, interdits d’égalité politique, investissent quant à eux les fonctions militaires, devenues une voie privilégiée d’ascension sociale. Les esclaves, enfin, sont prêts à la rébellion. Avec les bouleversements de 1789, ces intérêts contradictoires entrent dans une phase de conflit ouvert, inaugurant plus d’une décennie de terribles violences. Viols, pillages, massacres, incendies participent, de part et d’autre, d’une stratégie réfléchie dont la finalité est l’anéantissement total du camp adverse. Ce chaos perdurera jusqu’à l’accession de l’île à l’indépendance, en 1804. Sur le long terme, ces affrontements paroxystiques et cette décomposition de la société ont laissé des séquelles dans le paysage politique et l’identité haïtienne, jusqu’à aujourd’hui. 

 

Prix Fetkann ! de la jeunesse, à L’Atlas des inégalités, Stéphane Frattini et Stéphanie Leduc, et Julien Castanié, illustrateur

 

À travers une approche objective et factuelle la plus visuelle possible, les auteurs montrent comment notre monde est source d’inégalités, qu’elles soient économiques, géographiques, démographiques... Veillant à éviter les clichés, le texte s’appuie sur des données factuelles. Julien Castanié a conçu des illustrations, des cartes et des graphiques qui sont de véritables supports pédagogiques permettant d’expliquer les chiffres et les informations statistiques uniquement par l’image.
– 250 000 enfants à travers le monde grandissent avec les armes
au poing à défaut d’avoir accès à l’école.
– L’eau douce à partager entre tous les hommes représente moins de 1 % du volume d’eau présent sur Terre.
– Un adulte a besoin pour se nourrir de 2 400 calories par jour. En Amérique du Nord, la consommation moyenne atteint 3 600 calories.
Un tour du monde des inégalités, sources de tensions entre les peuples, et des solutions 

 

Prix Fektann ! de la poésie, attribué à Gabriel Garran pour Filiation

 

L’homme est fait pour plusieurs voyages. Fils d’émigré, marqué par l’Occupation, sa solitude disloquée au sortir de l’enfance trouvera finalement son expression personnelle dans le théâtre, lieu de découverte, espace de rencontre. 

D’une génération fondatrice, culturelle, d’entreprises et de public, c’est la marge qui l’intéressera : la banlieue et la Francophonie, avec le Théâtre de la Commune d’Aubervilliers, premier pari contemporain et permanent à longueur d’année de la périphérie. Puis ensuite le Théâtre International de Langue Française (TILF) en explorant l’étonnante vitalité scénique jaillie hors de nos frontières. 
 

Ce que nous ignorions de lui, c’est qu’en parallèle, il ne pouvait s’empêcher d’écrire, faisant naître ainsi son roman 

autobiographique Géographie française (Flammarion). Et qu’il était par ailleurs porteur d’un univers intime et poétique qu’il n’avait de cesse de garder devant lui. Et que l’on commence enfin à reconnaître. 

 

Gary Victor – Les temps de la cruauté – Editions Philippe Rey – 9782848765778 – 16 €

Bernard Gainot – La révolution des esclaves, Haïti, 1763-1803 – Editions Vendémiaire – 9782363582591 – 22,50 €

Stéphane Frattini, Stéphanie Ledu, Elodie Balandras, Julien Castanié – L'atlas des inégalités – Editions MIlan – 9782745980656 – 16 €

Gabriel Garran – Filiation – coédition Riveneuve / Archimbaud – 9782360134465 – 12 €
 

Retrouver la liste des prix littéraires français et francophones.
 

Les prix de la rentrée littéraire 2017

 

Rentrée littéraire 2017, la fashion week des libraires



 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.