Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Les Misérables, avec Sacha Baron Cohen en maître Thénardier

Clément Solym - 11.12.2011

Culture, Arts et Lettres - Cinéma - maître Thénardier - Victor Hugo - Les Misérables


C'est donc officiel, ou presque, le comédien Sacha Baron Cohen sifflera une fois de plus dans l'adaptation du roman de Victor Hugo, Les Misérables. Il incarnera donc le rôle de maître Thénardier, dans la future réalisation.

 

Dans l'équipe, on retrouvera déjà un casting que l'on sait alléchant :  Hugh Jackman, Anne Hathaway mais également Helena Bonham Carter, qui campera le rôle de madame Thénardier. Un rôle qui consistera avant tout à haïr ses fils... « Comme la maréchale de La Mothe-Houdancourt, la Thénardier n'était mère que jusqu'à ses filles. Sa maternité finissait là. Sa haine du genre humain commençait à ses garçons », écrivait Hugo.

 

 

Pour revenir à Sacha Baron Cohen, on le connaît pour ses précédents rôles comme dans Borat, ou encore plus antérieurement, dans Ali G. Mais c'est cette année, définitivement que Sacha prend un décollage fou, avec notamment le rôle de Freddy Mercury, pour un biopic retraçant la vie du chanteur.

 

Dans tous les cas, pas un joli rôle, que ce monsieur Thénardier. Souvenez-vous...

C'étaient de ces natures naines qui, si quelque feu sombre les chauffe par hasard, deviennent facilement monstrueuses. Il y avait dans la femme le fond d'une brute et dans l'homme l'étoffe d'un gueux. Tous deux étaient au plus haut degré susceptibles de l'espèce de hideux progrès qui se fait dans le sens du mal.


Il existe des âmes écrevisses reculant continuellement vers les ténèbres, rétrogradant dans la vie plutôt qu'elles n'y avancent, employant l'expérience à augmenter leur difformité, empirant sans cesse, et s'imprégnant de plus en plus d'une noirceur croissante. Cet homme et cette femme étaient de ces âmes-là.

 

Le Thénardier particulièrement était gênant pour le physionomiste. On n'a qu'à regarder certains hommes pour s'en défier, on les sent ténébreux à leurs deux extrémités. Ils sont inquiets derrière eux et menaçants devant eux. Il y a en eux de l'inconnu. On ne peut pas plus répondre de ce qu'ils ont fait que de ce qu'ils feront. L'ombre qu'ils ont dans le regard les dénonce. Rien qu'en les entendant dire un mot ou qu'en les voyant faire un geste on entrevoit de sombres secrets dans leur passé et de sombres mystères dans leur avenir.

 

Ce Thénardier, s'il fallait l'en croire, avait été soldat ; sergent, disait-il ; il avait fait probablement la campagne de 1815, et s'était même comporté assez bravement, à ce qu'il paraît. Nous verrons plus tard ce qu'il en était. L'enseigne de son cabaret était une allusion à l'un de ses faits d'armes. Il l'avait peinte lui-même, car il savait faire un peu de tout ; mal.


 

Tout un couple qui fera envie, avec Helena Bonham Carter, dixit : 

 

 

Quoique leur accord n'eût pour résultat que le mal, il y avait de la contemplation dans la soumission de la Thénardier à son mari. Cette montagne de bruit et de chair se mouvait sous le petit doigt de ce despote frêle.

C'était, vu par son côté nain et grotesque, cette grande chose universelle : l'adoration de la matière pour l'esprit ; car de certaines laideurs ont leur raison d'être dans les profondeurs mêmes de la beauté éternelle. Il y avait de l'inconnu dans Thénardier ; de là l'empire absolu de cet homme sur cette femme. A de certains moments, elle le voyait comme une chandelle allumée ; dans d'autres, elle le sentait comme une griffe.

Cette femme était une créature formidable qui n'aimait que ses enfants et ne craignait que son mari. Elle était mère parce qu'elle était mammifère. Du reste, sa maternité s'arrêtait à ses filles, et, comme on le verra, ne s'étendait pas jusqu'aux garçons. Lui, l'homme, n'avait qu'une pensée : s'enrichir.