Les ordinateurs pourront bientôt déchiffrer la pensée humaine

Clément Solym - 20.11.2009

Culture, Arts et Lettres - Expositions - cerveau - pensée - interface


La Fête de la science est l'occasion de participer aux débats qui animent la communauté scientifique mais aussi de découvrir les avancées des recherches.

En matière d'avancée l'interface P300 Speller est un projet très intéressant qui nous mène aux frontières de la science-fiction. Cette interface a été présentée pour la première fois au public pour la Fête de la science à Villeurbanne mais le projet est en développement par l'Inserm et l'Inria depuis une dizaine d'années.
 
Il s'agit en fait de permettre à un ordinateur de reconnaître la pensée humaine. Enfin, plus précisément des lettres. 32 diodes sont placées sur le cuir chevelu d'une personne qui devra se concentrer sur une lettre et celle-ci apparaît au bout de quelques secondes (presque une demi minute) sur l'écran.

Emmanuel Maby de l'Inserm affirme : « Nous sommes partis de systèmes existants pour créer une interface cerveau-ordinateur plus performante » et d'expliquer « Les neurones communiquent à l'aide de signaux électriques. L'une de ses ondes, la P300, est générée lorsque le sujet fixe la lettre. Elle est alors détectée par la machine ».

L'interface n'est pas encore tout à fait au point car elle demande une grande attention et nécessite un certain d'adaptation pour que le système reconnaisse et identifie les ondes d'une personne.

Un étudiant qui était là pour faire la démonstration a réussi à écrire « Lila » au bout de trois essais. Emmanuel Maby est confiant sur l'avancée du projet et envisage la possibilité de tester ce système en milieu hospitalier dans les deux années à venir.

Les applications de cette interface pourraient être révolutionnaires pour les personnes qui ne peuvent se servir ni de leur langue ni du reste de leur corps pour s'exprimer.