Les Régions au Salon : "moins vendre que se faire connaître"

Louis Mallié - 25.03.2014

Culture, Arts et Lettres - Salons - Régions - Salon du livre - éditeurs indépendants


Porte de Versailles, comme chaque année, on retrouvait un aperçu condensé de ce que peut être l'édition, en France, quand on sort de Saint-Germain des Près, ou plus encore, du périphérique. Une autre richesse éditoriale s'expose, insolite, inédite parfois, souvent plus audacieuse. L'occasion de découvrir de nombreux éditeurs indépendants groupés dans les associations régionales qui exposent la diversité éditoriale qui habite « le pays ».

 

 

 

 

Bretagne, Nord-Pas de Calais, Outre-Mer, Île-de-France… les régions sont montées à Paris. Le principe est simple : regroupés en associations régionales les éditeurs indépendants se regroupent, cotisent… les petits ruisseaux font les grandes rivières, et les voilà au salon, pas moins d'une trentaine par stand.

 

« Nous cherchons moins à vendre qu'à nous faire connaître. », explique-t-on sur le stand du Nord-Pas de Calais. Créée en 2000 dans le but de développer l'édition régionale, notamment en permettant une présence au Salon du Livre de Paris, l'association des éditeurs du Nord et du Pas-de-Calais regroupe 33 maisons. Si l'association est subventionnée par la région, on apprend avec surprise que jusqu'à cette année ses éditeurs ne l'étaient  guère. « Cela a été acté en décembre. C'est tardif et paradoxal pour la deuxième région après Paris à avoir la plus grande concentration de musée. »

 

Chaque stand est aussi l'occasion de faire de faire la rencontre avec la multiplicité des maisons : Presse Universitaire du Septenrion, Éditions du Cénacle, Robert de Larroche, Éditions de Cabourg, Crafouinage, Nouvel Attila… autant de noms et autant de petites maisons à forts caractères : poésie, théâtre, auteurs slaves, récits d'exil, beaux livres, régionalisme, roman noir…

 

Toutes ont leur spécialité. Sur le stand Rhône-Alpes, on rencontre une poétesse Annie Semmau, éditée aux éditions Alzieu. « Pas besoin d'être chez Flammarion ou Gallimard. Ici j'ai une relation privilégiée avec mon éditeur qui me laisse faire à peu près tout ce que je veux », commente-t-elle. 

 

À discuter avec les représentants sur les stands, on découvre également la vie éditoriale au-delà de Paris - et qui n'est parfois pas sans surprendre. Ainsi le Festival du Polar à la plage, qui se déroule chaque été au Havre. Outre le prix qu'il décerne à un auteur, le festival organise un concert présentant une dizaine de groupes ayant composé une chanson à partir du texte donné par un des auteurs participants. Ni l'un ni l'autre ne se connaissent, et le concert est comme une surprise dans laquelle l'auteur découvre son texte en musique. À l'issue du festival le CD est proposé à la vente.

 

Un petit condensé qui ouvre donc la porte sur une multiplicité qui souffre peut-être d'être trop peu regardée : « Beaucoup de personnes de la région nous découvrent au salon de Paris. C'est l'occasion de faire voir ceux qui sont totalement invisibles à l'échelle nationale », explique sur le stand Livres en Normandie, Catherine Hemeret-Bernet des éditions Rue du Départ. Espérons que le salon permettra de laisser la porte ouverte.