Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Les salons et foires du livre restent trop peu connectés

Antoine Oury - 30.01.2015

Culture, Arts et Lettres - Salons - connectivité salon foire livre - International Publishers - Association IPA rapport


L'association internationale des éditeurs (IPA) vient de produire un « rapport spécial » sur les plus importants salons et autres foires du livre à travers le monde. Rappelant que ces événements sont vitaux pour l'industrie du livre, aussi bien au niveau professionnel que pour la visibilité auprès du public, le rapport souhaite évaluer les évolutions observées, et mettre en avant les attentes des éditeurs participants.

 

 

Salon du Livre de Paris 2014

Le Salon du Livre de Paris, en 2014 (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

Le rapport établit d'abord un petit classement des salons et foires, par ordre d'importance. Dans ce domaine, rien n'a vraiment bougé, et les grands rendez-vous sont bien connus : Francfort garde la tête, suivi par Londres au printemps, devant Bologne et la BookExpo America.

 

Des événements essentiellement anglophones, qui ne font pas oublier la foire internationale du livre espagnole, LIBER ou celle de Guadalajara, au Mexique, pour le marché hispanophone. Beijing, Hong Kong et Taipei représentent la langue chinoise, Moscou la Russie, et Abu Dhabi, Sharjah et Dubai le monde arabe. Le rapport cite également Paris, Göteborg, Bogota, Buenos Aires, Bangkok, la foire du livre sud-africain ou la foire internationale du livre du Nigeria au rang des rendez-vous plébiscités par le public.

 

En décembre 2014, l'IPA a mené un sondage auprès de ses adhérents éditeurs pour connaître leur avis global sur les foires du livre et autres événements. Sans conteste, ces rendez-vous semblent appréciés, et les services remarqués. 55 foires ont été évaluées, mais l'IPA ne fournit que la moyenne générale, histoire de ne froisser personne. L'organisation utilise une échelle de 1 à 5, où 1 correspond à « nul », et 5 à « très bien ».

  • Le voyage et les transports : 3,95
  • Les services informatiques et la connexion internet : 2,88
  • L'organisation sur place : 3,73
  • L'hébergement et la disponibilité des hôtels : 3,58
  • La couverture média : 3,75
  • Votre expérience globale des foires du livre : 3,81
  • 63 % des participants ont qualifié leur expérience de « très bonne » (5) ou « bonne » (4)

Si les éditeurs sont satisfaits, le rapport ne manque pas de mettre en avant le mauvais score obtenu pour les services informatiques et de connectivité : « Avec des visiteurs habitués à un accès WiFi sans interruption, même en voyage, les foires et salons n'ont aucune excuse pour traîner des pieds. Nous attendons de meilleurs résultats dans les prochains sondages. »

 

Au Salon du Livre de Paris, les connexions WiFi sont un souci récurrent pour les exposants : il faut savoir que ce n'est pas ReedExpo, l'organisateur du salon, qui fournit les accès, mais bien l'exploitant du Parc des Expos, VIPARIS, filiale à 50/50 d'Unibail-Rodamco et de la Chambre de commerce et d'industrie de Paris. Celui-ci gère également les compteurs électriques et l'alimentation, les accès téléphone, internet, le terminal CB, les places de parking... Le tout s'ajoutant évidemment à la facture.

 

C'est le cas pour la plupart des foires autour du monde, ce qui explique l'avis nuancé des éditeurs.

 

  Les foires et salons du livre dans le monde - IPA 2015 by ActuaLitté