Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Les Traversées du Marais : en septembre, prendre Paris à contretemps

Victor De Sepausy - 19.08.2017

Culture, Arts et Lettres - Salons - Traversées Marais Paris - maison Victor Hugo - festival septembre Paris


Prendre la capitale à contretemps, et voyager à contre-pied, c’est là tout le programme du festival Traversées du Marais. L’édition 2017 de cette manifestation se déroulera du 8 au 10 septembre prochain, avec différentes animations et attractions. D’autant plus que beaucoup sont gratuites d’accès…


 

 

« Le festival se déploie cette année, le temps d’un week-end, en vingt lieux emblématiques du quartier, à travers des propositions artistiques animées dans un esprit de convivialité », expliquent les organisateurs. Yves Winkin, Directeur du Musée des arts et métiers, signe un édito très enthousiaste.

 

Beauté mystérieuse de la langue française : le titre évoque comme une traversée de la ville à contre-courant, par des chemins de traverse qui ne seraient pas connus de tous. Mais ce n’est pas une traversée négative, contre ne voulant dire anti. Pas d’anti-temps, ni d’anti-pied, ni d’anti-ville... Ce serait plutôt une traversée tout contre, une traversée sensible, tactile, sonore, parfumée... 
 

C’est cela, le programme À contretemps des Traversées du Marais : une déambulation au rythme de chacun, qui permet de s’offrir une autre ville. Il suffit de remonter à pied le sens unique de la rue du Vertbois, en se disant qu’on n’aura pas de voiture dans le dos, et le monde nous appartient.

Il suffit de descendre les escaliers du Passage du Pont aux Biches pour se croire dans un film de Marcel Carné. Il suffit d’apercevoir une cour arborée de la rue des Francs Bourgeois lors d’un entrebâillement de porte, pour se dire qu’un Paris en cache toujours un autre. 
 

La Tour Eiffel étincelante : Anne Hidalgo et la République de Neymar


Mais ce n’est pas juste cela, le programme des Traversées du Marais, c’est aussi et surtout plusieurs dizaines d’événements, de spectacles, de performances éclosant un peu partout dans les multiples musées et lieux culturels du quartier. 


Entrez, cherchez un peu, restez debout, asseyez-vous ou partez sur la pointe des pieds. Peu importe. Vous êtes libre, vous choisissez votre rythme, un peu décalé, un peu déphasé. Vous prenez votre temps, dans une ville qui s’ouvre toujours plus dès qu’on accepte de la caresser du pied.