Rentrée littéraire : La fashion week des libraires


En mettant l’imaginaire à l’honneur, Lire en Poche joue également sur le Mois de l’Imaginaire, autodéclaré par les maisons qui publient science-fiction, fantasy et fantastique. Pour le public, deux espaces sont aménagés pour découvrir et faire découvrir de nouvelles lectures. 


IMG_1386
ActuaLitté, CC BY SA 2.0
 

 

Si l’on demandait aux lecteurs, quelle serait la bibliothèque idéale de l’imaginaire ? Pour y répondre, Folio propose durant toute la manifestation de remplir un mur dédié de conseils de lectures.

 

« Le projet c’est de mettre en place quelque chose de participatif, où chacun peut contribuer en mettant en avant les livres qu’il adore, dans le domaine de l’imaginaire. Les premiers résultats nous montrent que gens affichent surtout les livres qu’ils aiment, tout simplement », plaisante David Ducreux, responsable de la communication de Folio.
 

Prenez-vous en photo devant la bibliothèque et publiez-la sur Instagram ou sur Facebook avec le #bibliofolio. Vous remporterez peut-être un lot de 12 incontournables de la collection Folio SF !


« Nous n’avions pas la volonté d’imposer une vision tirée de notre fonds, mais plutôt de solliciter le public. Charlotte Fragart, notre responsable librairie chez Folio, se charge des animations sur les salons, et a pensé cette bibliothèque qui implique et fait participer les lecteurs. »

<

>


 

Et il y a de fortes chances que le livre recommandé se retrouve dans l’espace Imaginaire qu’anime la « librairie itinérante à géométrie variable », L’hirondelle. La libraire, Aude Fleury, assaillie par de jeunes lecteurs, avoue « s’amuser terriblement ». 

 

« L’imaginaire a pris de l’ampleur », explique-t-elle. « Au début, cela n’existait pas sur le salon, alors je l’ai proposé. Je baigne dans la science-fiction depuis que j’ai 11 ans. De voir que l’imaginaire est à l’honneur, c’est une très agréable surprise cette année. »

 

Les choix de livres opérés résultent d’une série d’opérations très simples. « La première chose, la plus évidente, ce sont tous les livres des auteurs, puis les livres que j’ai lus et adorés, ceux que j’aimerais lire, ceux dont on m’a parlé et dont je sais qu’ils plairont. »


IMG_1381
ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

Et puis, discuter avec les clients, « je sais qu’il y a des choses qu’ils aiment et je les ai choisies pour eux ». Enfin, solliciter les éditeurs, pour sortir « de la science-fiction que j’aime : la bit-lit, par exemple, je n’en connaissais pas grand-chose. J’avais lu Dracula... En découvrant d’autres titres, j’ai identifié des lecteurs que cela pourrait intéresser. »

 

Une librairie qui se constitue par une forte dimension participative, collaborative, « beaucoup de dialogues avec les gens, et tenter, l’année suivante, de dénicher ce que je pourrai faire découvrir ».

 


Lire en poche, le salon de Gradignan dédié aux petits formats