Lycées et auteurs font équipe pour écrire

Clément Solym - 18.03.2011

Culture, Arts et Lettres - Salons - débat - régional - lycée


 « A quoi sert la littérature? » A 10h30, en cette première journée du salon du livre 2011, se déroulait un débat réunissant des élèves de lycée d'Ile-de France ayant participé au Programme régional de résidence. La rencontre était organisée par le Motif, l'Observatoire du livre et de l'écrit œuvrant à renforcer les liens entre les professions du livre en région Ile-de France et mettant en place des politiques adaptées à l'évolution de la société.


Étaient présent Julien Dray, vice président du Conseil régional chargé de la culture, Henriette Zoughebi, Vice-présidente du conseil régional chargée des lycées ainsi que les écrivains Gwenaëlle Stubb, Chloé Korman, Cécile Portier et Bernardo Toro. Ces auteurs ont travaillé avec quatre classes de lycée à différents ateliers de lecture et d'écriture visant à permettre aux jeunes de découvrir des formes littéraires et à s'épanouir dans l'écriture. Ce dialogue entre auteurs et adolescents a permis un partage et des résultats inattendus...

Des mémoires vives

« Au début, on étaient pas chauds, on étaient pas à la hauteur, mais on étaient motivés par ce projet. » Les élèves témoignent dans une courte vidéo projetée lors du débat, de leurs appréhensions face à l'idée d'accueillir un auteur, et surtout de produire des écrits (non notés!). La liberté d'expression est appréciée de tous et certains font preuve de plus de confiance que d'autres

« Pour l'instant, j'sais pas mais ça va être quelque chose de bien »
Cécile Portier s'empare du micro pour bien signifier l'importance du projet. L'auteur ne s'écarte pas de son univers et doit le donner aux jeunes. Ainsi, il fut demandé aux élèves de la Courneuve de décrire leurs proches. Parents, amis, voisins, résidant dans leur quartier. Gwenaëlle Stubb invita les jeunes à écrire sur un mur du lycée, sur le thème de la mer. Bernardo Toro, quant à lui propose d'écrire des nouvelles basées sur des faits divers. Les écrivains en herbe ont d'ailleurs préféré prendre le point de vue interne du criminel que celui de la victime.

« L' écrivain, il est loin de moi. Mais on a travaillé donc ça va »

La parole est aux jeunes. Les plus à l'aise en public font part de leurs appréhensions au micro. D'autres font trembler leurs feuilles de notes ou charrient les voisins qui expriment leurs impressions sur la collaboration avec les auteurs.

Un élève du lycée Edmond Rostand se lève et lit sa nouvelle écrite pendant leur résidence avec Bernardo Toro. Inspirée par un fait d'actualité relatant la condamnation d'une femme française en Suède accusée de maltraitance sur son enfant. La courte nouvelle fait état rend compte de délaissement, et d'une douleur profonde de la protagoniste.

Ainsi, c'est une conclusion positive qui est tirée de ce projet réalisé dans les quatre lycées de Mantes-la-jolie, Aubervilliers, la Courneuve et d'Orly. Le débat bilan de cette aventure se clôt dans l'enthousiasme des élèves, finalement ravis d'avoir donné vie à des écrits et d'avoir révélé un peu de leurs vies sur le papier. Henriette Zoughebi souligne le sérieux de l'expérience entreprise.

En effet, la résidence a permis aux jeunes de se confronter avec une littérature, un rapport à l'Histoire et au monde d'aujourd'hui, mais aussi de s'affronter eux-mêmes et de se donner confiance en eux et en leur écriture pour les examens écrits à venir. Et l'expérience fut enrichissante des deux cotés car Cécile Portier tout comme Gwenaëlle Stubbe ont fait part du plaisir pris lors du travail et de leur satisfaction quant aux résultats.


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.