Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

medias

M. Moleiro, reproduction de livres anciens « à l'identique »

Bouder Robin - 10.04.2017

Culture, Arts et Lettres - Salons - m moleiro édition - reproduction livre identique - copie livre ancien


Présente au Salon international du livre rare et de l'objet d'art à Paris, la maison d'édition M. Moleiro expose au public ses enluminures presque authentiques et ses ouvrages « quasi-originaux ». ActuaLitté a rencontré le responsable communication de la maison.




C'est au Grand Palais que nous avons rencontré Laurent Edelin, responsable communication de la maison M. Moleiro, basée à Barcelone. Les éditeurs de cette entreprise, que l'on pourrait presque qualifier d'artistes, s'emploient à réaliser des reproductions de livres anciens.

 

Là où réside la particularité de la maison d'édition, c'est dans la technique utilisée pour reproduire les ouvrages. Il ne s'agit pas de simples copies : « Les manuscrits sont reproduits à l'identique, à partir des œuvres originales. Nous sommes les seuls à faire ça », affirme Laurent Edelin. Les autres maisons d'édition se chargent, elles, de copier ces livres à partir de versions numériques.

 

Laurent Edelin estime que le terme de « fac-similé » utilisé habituellement veut dire « tout et n'importe quoi ». M. Moleiro emploie l'expression « quasi-original », puisqu'il s'agit bien d' « un clone, avec les trous, les dommages, les pigments, la texture et les annotations du document de base ». Tout est fait mécaniquement, en adaptant les technologies d'aujourd'hui pour créer une ressemblance la plus frappante possible entre les deux ouvrages.

 

Ce travail colossal est opéré sur des centaines d'ouvrages de tout type : « Nous travaillons sur des livres enluminés des années 900 à 1500. La religion est un thème central à cette époque, nous reproduisons donc beaucoup de livres de prière, de livres bibliques ou de livres d'heure. Mais nous nous occupons aussi d'ouvrages de médecine, de botanique ou d'atlas, et même de livres un peu hors du cadre, ésotériques, comme des traités d'alchimie. »

 

En ce moment, leur travail le plus prisé est le Livre de chasse de Gaston Fébus, écrit entre 1387 et 1389 et reproduit jusqu'à ses plus délicates enluminures. Trônant fièrement sur son lutrin, il attire un public avide de belle ouvrage et d'histoire.




Il va sans dire que la version originale du Livre de chasse n'aurait pas pu être exposée ainsi. M. Moleiro réalise un travail unique en son genre qui a du sens pour la conservation du livre ancien, comme l'explique Laurent Edelin : « M. Moleiro a deux raisons d'être : d'un côté, la préservation des ouvrages originaux, puisque les "copies" réalisées par la maison d'édition sont fournies à l'institution d'origine pour se substituer aux documents historiques dans leur utilisation ; d'un autre, la transmission patrimoniale, les œuvres originales étant difficilement accessibles. »