Ma Jian, auteur chinois censuré, voit rouge à la London Book Fair

Clément Solym - 20.04.2012

Culture, Arts et Lettres - Salons - Ma Jian - London Book Fair 2012 - Chine


La London Book Fair fait l'objet d'une intense polémique, après avoir choisi comme invitée d'honneur la Chine, mais surtout en collaborant avec le GAPP, organe officiel du régime, pour déterminer quels auteurs seraient invités et lesquels seraient... écartés. (voir notre actualitté) L'auteur dissident Ma Jian a exprimé hier son dégoût face à la censure en traçant sur son livre et son visage une croix à la peinture rouge.

 

Ma Jian, Jung Chang, Liu Xiaobo et même le Nobel de Littérature Gao Xinjian sont sur la liste des indésirables de la London Book Fair, et pas vraiment sur la liste des invités revue et corrigée par le GAPP, l'Administration générale de la Presse et de l'Édition chinoise. Pour faire plus simple : l'organe de censure du régime communiste au pouvoir.

 

 

 

Ma Jian, auteur de Beijing Coma, un portrait de la Chine contemporaine, et de Red Dust, un récit de voyage au Tibet, a profité d'une courte conférence de presse improvisée à la London Book Fair pour manifester sa colère en barrant son livre et son propre visage d'une croix rouge. Il a également porté une sévère estocade à la communication bien huilée du Salon : « Aucun auteur chinois ne bénéficie de la liberté d'expression. Quand on voit qu'il y a 180 éditeurs rassemblés ici, on pourrait croire à une grande diversité, mais en réalité ils relaient tous les paroles du Parti communiste chinois. »

 

« Dans cette Foire du Livre si moderne, si impressionnante, si belle, vous ne verrez pas les horreurs  qu'il y a derrière tout ça, vous ne verrez pas les moines tibétains qui s'immolent, vous n'entendrez pas les voix des auteurs bâillonnés en Chine » a poursuivi Ma Jian. L'independent Chinese PEN Center estime en effet que 35 écrivains sont emprisonnés en République populaire de Chine.