Mai 68, vu de Prague, par Auster, Atwood et Klima

Clément Solym - 01.06.2008

Culture, Arts et Lettres - Salons - Festival - écrivains - Prague


Le 18e festival des écrivains accueillera cette année à Prague quelques-unes des figures de la publication contemporaine, comme Margaret Atwood, Paul Auster ou Tariq Ali et j'en passe, et j'en oublie. Une quinzaine d'auteurs vient donc durant cette réunion pour évoquer 'son' mai 68.

« Il y a tant de parallèles entre ce qui se passait alors et ce qui se passe aujourd'hui », estime Paul Auster, fraîchement débarqués. Et notamment la guerre en Irak qui lui inspire ce qu'il ressentait en 68 durant le Vietnam : « Je me sens fou, dans le sens de fou de rage, plein de fureur et frustration contre la stupidité de la politique de notre gouvernement »

« Je suis resté le même, je pense de la même façon », reprend-il. En mai 68, Paul était à Columbia, l'université de New York. Ivan Klima expliquera comment il mena une revue littéraire durant les événements du Printemps de Prague.


Et ainsi de suite. Pour le directeur du Festival , mai 68 est un réservoir où l'on trouve « les idées, la liberté d'expression, la révolte contre la bureaucratie... ceux qui disent aujourd'hui que ce fut une défaite sont totalement incultes, parce que nul ne peut vaincre les idées, on peut seulement les remplacer ».

Réunis autour du thème « du rire et de l'oubli », en allusion au roman de Kundera, grand absent de cette manifestation, les auteurs pourront conter et raconter leurs histoires, dans une expérience de partage et de diffusion. Le Prague writers Festival avait débuté à Londres en 1991 avant de migré vers l'Europe. Chaque année, il cherche à réunir des écrivains de pays différents. Il s'achèvera le 5 juin.