Manuscrits de l'extrême : prison, passion et péril à la BnF

Maxim Simonienko - 21.12.2018

Culture, Arts et Lettres - Expositions - manuscrits extrêmes exposition - sade chénier veil - bnf guerre torture


Des manuscrits, rédigés dans des situations considérées comme extrêmes, seront exposés à la BnF entre le 9 avril et le 7 juillet 2019. Encres de sang et papiers d’infortune disent avec intensité le désespoir, la folie ou la passion de leurs auteurs, célèbres ou inconnues.
 
Bibliothèque nationale de France, site Richelieu (Vincent Desjardins - CC BY 2.0)

 
L’exposition s’organise selon quatre thèmes : prison, passion, péril, possession. Ces quatre P évoquent les situations les plus difficiles auxquelles un être humain puisse être confronté. Au-delà des différences de circonstances dans lesquelles ces écrits ont été produits, tous témoignent d’une confiance désespérée dans les mots pour les soutenir lorsque tout, autour d’eux, vire au drame.

Des feuillets et des notes d’André Chénier, Napoléon Ier, Alfred Dreyfus, Guillaume Apollinaire ou encore Nathalie Sarraute sont ainsi disposés à côté des mots d’anonymes, de simples soldats, de prisonniers ou tout simplement d’hommes et de femmes ordinaires.

Ces « manuscrits de l’extrême » font résonner jusqu’à nous les voix de destins hors-norme, comme par exemple ces notes relevées dans un carnet noir ayant de l'Occupation : « Mais je garde mon crayon et mon carnet que je défends au péril de ma vie. Ce petit carnet qui contient là une preuve de ma triste vie. » (Anonyme)

Qu’il s’agisse des derniers mots d’André Chénier avant d’être guillotiné ou de l’inscription portée par un détenu sous l’assise d’une chaise de la Gestapo, ces supports servent de dépositaires d’émotions, de sentiments pris sur le vif, souvent dans l’urgence. Ce sont des vestiges qui permettront aux visiteurs d'imaginer des événements historiques, des situations extrêmes, vécues de l’intérieur. La détresse, la folie, la passion s’y révèlent, non seulement dans le contenu textuel, mais aussi dans la forme même de l’inscription.
 

S’ils peuvent faire sens en tant qu’œuvre littéraire, les mots sont ici surtout une tentative désespérée de dire l’indicible. Ils sont l’expression de ce qui est véritablement en jeu pour un être humain, dans une guerre comme dans un hospice, dans le moment présent, dans toutes les épreuves qui menacent sa propre survie.

La BnF (Bibliothèque nationale de France) se trouve au Quai François Mauriac, Paris XIIIe. Les manuscrits seront exposés à la galerie 1.

<

>




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.