Marie Darrieussecq lauréate du Prix des prix littéraires

Julien Helmlinger - 16.12.2013

Culture, Arts et Lettres - Récompenses - Il faut beaucoup aimer les hommes - Marie Darrieussecq - Prix des prix


Comme le rapporte l'AFP, les lauriers du Prix des prix, qui couronnent le lauréat d'un des grands prix littéraires de l'année 2013, sont revenus à Marie Darrieussecq. L'auteure de Il faut beaucoup aimer les hommes, publié chez P.O.L, était également primée du prix Médicis.

 

 

 

 

Elle s'est imposée par cinq voix face à Christophe Ono-dit-Biot ayant obtenu trois voix avec son roman Plonger, lauréat du Prix de l'Académie française, ainsi que le Goncourt 2013 Pierre Lemaitre, ayant récolté deux voix et son livre primé Au revoir là-haut.


Par le biais d'un communiqué, le jury s'est dit « heureux de couronner le plus beau livre d'une romancière qui construit peu à peu une oeuvre véritable. Racontant ici une histoire de passion amoureuse, Marie Darrieussecq réussit brillamment à renouveler un thème atemporel avec une écriture et un style parfaitement maitrisés ».

 

Lors de la remise du prix, ce 12 décembre, le jury était composé de l'ex-ministre Christine Albanel, du PDG de la Fnac Alexandre Bompard, des journalistes Marie-Laure Delorme et Marie Drucker, du directeur de publication de Libération Nicolas Demorand, du PDG de France Télévisions Rémy Pflimlin, du président de la BNF Bruno Racine, celui du centre Pompidou Alain Seban, et du producteur de cinéma Alain Terzian.

 

Ci-dessous le synopsis de l'ouvrage primé : 

Une femme rencontre un homme. Coup de foudre. Il se trouve que l'homme est noir. Cest quoi, un Noir ? Et dabord, cest de quelle couleur ? La question que pose Jean Genet dans Les Nègres, cette femme va y être confrontée comme par surprise. Et cest quoi, l'Afrique ? Elle essaie de se renseigner. Elle lit, elle pose des questions. Cest la Solange du précédent roman de Marie Darrieussecq, Clèves, elle a fait du chemin depuis son village natal, dans sa tribu à elle, où tout le monde était blanc.

 

L'homme quelle aime est habité par une grande idée : il veut tourner un film adapté d'Au coeur des ténèbres de Conrad, sur place, au Congo. Solange va le suivre dans cette aventure, jusquau bout du monde : à la frontière du Cameroun et de la Guinée Equatoriale, au bord du fleuve Ntem, dans une sorte de "je ntem moi non plus".

 

A retrouver chez Chapitre.com