Marieke Lucas Rijneveld remporte l'International Booker Prize 2020

Antoine Oury - 27.08.2020

Culture, Arts et Lettres - Récompenses - Booker International Prize 2020 - Marieke Lucas Rijneveld - booker prize


Âgé.e de 29 ans, Marieke Lucas Rijneveld devient le.a plus jeune lauréat.e de l'histoire de l'International Booker Prize, salué.e pour son livre The Discomfort of Evening, traduit par Michele Hutchison pour les éditions Faber. Son livre faisait face à 5 autres titres, pour une remise de prix décalée en raison du coronavirus.



Un premier roman, un prix littéraire de renom. La carrière de Marieke Lucas Rijneveld commence bien, avec un Prix international Booker et une dotation de 50.000 £ en poche, à partager avec la traductrice, pour The Discomfort of Evening (De avond is ongemak en version originale), traduit et publié au Royaume-Uni par Faber.

Né.e en 1991 à Nieuwendijk, aux Pays-Bas, Marieke Lucas Rijneveld a passé 6 ans à écrire son premier roman, inspiré par la mort de son jeune frère, alors que l'auteur.e était âgé.e de trois ans. Quant à l'écriture et au roman, c'est par l'intermédiaire de la saga Harry Potter que Marieke Lucas Rijneveld a découvert cette pratique artistique. C'est la première fois qu'un premier roman est salué par le Prix international Booker...

Marieke Lucas Rijneveld se qualifie de personne non-binaire, et utilise un pronom neutre pour se désigner.

En France, le roman lauréat a été publié par les éditions Buchet Chastel dans une traduction de Daniel Cunin sous le titre Qui sème le vent.
 
The Discomfort of Evening faisait face aux titres suivants, tous sélectionnés pour la finale :

The Enlightenment of The Greengage Tree (Europa Editions) de Shokoofeh Azar, traducteur anonyme
The Adventures of China Iron (Charco Press) de Gabriela Cabezón Cámara, traduit par Fiona Mackintosh et Iona Macintyre
Tyll (Quercus) de Daniel Kehlmann, traduit par Ross Benjamin
Hurricane Season (Fitzcarraldo Editions) de Fernanda Melchor, traduit par Sophie Hughes
The Memory Police (Harvill Secker) de Yoko Ogawa, traduit par Stephen Snyder
 
Présidé par Ted Hodgkinson, le jury de cette édition réunissait Lucie Campos, directrice de la Villa Gillet, centre français d’écriture internationale ; la traductrice et écrivaine Jennifer Croft ; l’écrivaine Valeria Luiselli et l’écrivain, poète et musicien Jeet Thayil.



Photographie : Marieke Lucas Rijneveld, CC BY SA 4.0


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.