Maryse Condé a reçu la Grand-Croix de l’ordre national du Mérite à l’Élysée

Camille Cado - 05.03.2020

Culture, Arts et Lettres - Récompenses - maryse conde recompense - maryse conde elysee - macro auteur recompense


Ce lundi 2 mars 2020, Maryse Condé a reçu la Grand-Croix de l’ordre national du Mérite lors d’une cérémonie au Palais de l’Elysée. L'autrice guadeloupéenne a déjà été distinguée par le prix spécial de la Francophonie en 2013, puis, plus récemment, par le prix Nobel « alternatif » de littérature en 2018.
 
crédit : Ministère des Outre-mer
 

La distinction de Maryse Condé a été publiée au Journal officiel en décembre dernier. Le décret en date du 30 novembre 2019 avait en effet cité les nominations de quelques écrivains. Aux côtés de l’autrice Maryse Condé, on retrouvait ainsi Amin Maalouf, fait grand officier.

L’écrivaine, qui se revendique comme « Guadeloupéenne indépendantiste » a reçu son insigne des mains du président de la République ce 2 mars. Des membres de sa famille, ainsi que ses amis étaient présents lors de la cérémonie. Mais aussi, des personnalités comme Jean-Marc Ayrault, à la tête de la Fondation pour la mémoire de l’esclavage, et Christiane Yandé Diop, veuve de Alioune Diop, fondateur de la revue et des éditions Présence africaine.
 

L’indépendantiste la plus décorée de la République


À cette occasion, le chef de l’État a prononcé un discours faisant l’éloge de celle qui « rêve de présenter un jour son passeport guadeloupéen aux officiers de la douane à Roissy ». Il est également revenu sur l’esclavage, l’indépendantisme et l’identité française. Affirmant qu’il y a « quelque chose de la vraie République au fond de son œuvre et de ses combats ».

Il a également cité le mari de l’autrice, Richard Philcox, qui la décrivait comme « l’indépendantiste la plus décorée de la République ».

Dans un article publié dans Le Point, Emmanuel Macron s’est confié davantage sur le lien qu’il entretient avec l’œuvre de Maryse Condé. « Je l’ai connu quand j’étais jeune étudiant, je l’ai lue pour la première fois avant de partir au Nigeria, il y a vingt ans. C’était Ségou. Elle m’accompagne depuis des années, j’ai toujours été passionné par l’Afrique et elle fait partie des écrivains qui m’ont appris l’Afrique. »

Il a également affirmé avoir été bouleversé par les « combats qu’elle a menés », et par « cette espèce de fièvre qu’elle porte, d’indiscipline, de décalage permanent ».

« Elle est l’une des voix de réconciliation de notre propre histoire, qui est un des sujets qui m’obsèdent. Je pense qu’un des trésors de notre nation, c’est cette histoire fracturée avec ses parts d’ombre absolument terribles, mais, si l’on arrive à la transcender, on peut en tirer quelque chose de profond. Maryse Condé participe de cela », a-t-il repris.
    
Emmanuel Macron a encore affirmé que son parcours et sa littérature tendent à montrer « cette quête d’identité qui n’est jamais finie ». « Maryse Condé, elle, a construit une identité narrative, elle l’a construite par la langue. Et je ne dis pas cela par fidélité à Ricœur, mais je crois que le fondement de l’identité française, c’est qu’elle est en construction et se fait par la langue et ses recherches. »

via La Première



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.