Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Mauvais genre de Chloé Cruchaudet, 'l'éclosion d'une grande auteure'

Cécile Mazin - 09.12.2013

Culture, Arts et Lettres - Récompenses - mauvais genre - Chloé Cruchaudet - grand prix de la critique


Le grand prix de la critique de bande dessinée/ACBD vient d'être décerné à Chloé Cruchaudet, pour Mauvais Genre, publié aux éditions Delcourt. « Avec ce prix, l'ACBD, l'Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée, consacre l'éclosion d'une grande auteure », explique l'association.

 

 

 

 

 

Diplômée de l'école d'arts appliqués Émile Cohl de Lyon et de la section cinéma d'animation des Gobelins à Paris, Chloé Cruchaudet, 37 ans, signe avec Mauvais genre son troisième récit complet de bande dessinée. Elle y déploie dans le dessin, le cadrage et la mise en scène des moyens inusités pour caractériser la virilité, la féminité, et poser la question du genre.

 

Pour réaliser cette bande dessinée de fiction, Chloé Cruchaudet  s'est inspirée du travail de deux historiens, Fabrice Virgili et Danièle Voldman, qui, à l'aide d'archives, ont retracé le destin d'un couple hors-norme. Paul Grappe était un déserteur de la guerre de 14-18. Pour échapper à la justice, avec l'aide de sa femme Louise, il a choisi de se travestir. Devenu Suzanne pendant une dizaine d'années, Paul sera couturière avant d'être l'une des étoiles du bois de Boulogne où toutes les sexualités s'épanouissaient pendant les années folles. 

 

La BD avait suscité un vif enthousiasme de notre partenaire BDfugue

Il n'y a pas de jugement dans son regard : Paul et Louise ne sont ni bons ni mauvais, ils sont à l'image de cet entre-deux-guerres où les gens cherchent à oublier l'horreur de 14-18, en adoptant parfois des comportements extrêmes, jusqu'à se perdre. On frôle plus d'une fois le scabreux, voire le sordide, mais il n'y a jamais de voyeurisme de la part de l'auteure.

 

Retrouver Mauvais genre, sur Chapitre.com