Max Ernst, l'antibois

Clément Solym - 19.07.2011

Culture, Arts et Lettres - Expositions - ernst - artoste - damase


À travers la correspondance privée des plus grands peintres, le Musée des lettres et manuscrits donne à l’art des 19e et 20e siècle des couleurs inédites. Au fil de lettres touchantes où la petite histoire croise la grande, cinquante artistes nous ouvrent les coulisses de leur existence et de leur création.

Chaque semaine, ActuaLitté vous propose de découvrir un extrait de cette exposition. Aujourd'hui, Max ERNST (Brühl (Allemagne), 2 avril 1891 – Paris, 1er avril 1976). On pourra également retrouver le catalogue de l'exposition aux éditions Beaux Arts, Des Lettres et des peintres.

Lettre autographe signée de Max Ernst adressée à Joë Bousquet, datée de septembre 1949, Antibes.

Ernst s’adresse à l’auteur de Partition pour lequel il a réalisé une série de dessins et se plaint du silence de son éditeur, Jacques Damase : « Je suppose qu’il n’a rien entrepris pour la réalisation de notre projet. […] N’ayant reçu aucun mot de lui j’avais (et j’ai encore) l’impression qu’il ne s’intéresse que médiocrement à notre livre ». Les pressentiments de l’artiste se sont avérés exacts dans la mesure où Damase ne tira finalement que deux exemplaires de Partition (1950). De retour des États-Unis où il vient de passer près de dix ans, Ernst confie à son ami qu’il n’a pas trouvé d’endroit pour travailler à Paris et qu’il s’est installé dans un atelier à Antibes : « J’ai accepté un joli atelier ici à Antibes comme expédient, et je pense que une fois accoutumé à l’atmosphère je pourrai y travailler ».

Des lettres et des peintres (Manet, Gauguin, Matisse)