Mes chères études, Laura D. : la prostitution étudiante sur Canal+

Clément Solym - 25.06.2009

Culture, Arts et Lettres - Cinéma - chères - etudes - Laura


Le titre de Laura D. avait déclenché une véritable prise de conscience autour d'un sujet jusqu'à lors resté tabou : la prostitution étudiante. Mes chères études, aujourd'hui vendu à plus de 50.000 exemplaires en France, par les éditions Max Milo et dont les droits ont également été revendus à plusieurs pays étrangers connaîtra un adaptation en film, réalisée par Les films du kiosque en partenariat avec Canal+.

Cet état de fait qui toucherait 40.000 étudiants selon les chiffres avancés par le SUD, ou plutôt à 18.000 selon l'Ocreth n'en restait pas moins une réalité sinistre.

Alors que le tournage s'achèvera aujourd'hui ou demain, il s'est déroulé entre Besançon et Paris, deux des villes évoquées dans le texte de Laura. Le film durera 90 minutes, et devrait être diffusé par la chaîne dans le courant de 2010.

Du côté de la maison d'édition, on se réjouit bien sûr de cette adaptation à venir : pour l'éditeur, bien sûr, mais également parce que le livre et la signature de l'accord ont permis à Laura de se sortir du'ne situation périlleuse pour elle et de lui assurer une stabilité financière.

Réalisé par Emmanuelle Bercot avec Déborah François dans le rôle de Laura, l'adaptation raconte comment l'étudiante « fait le sacrifice de sa chair. C'est une histoire de peau et de chair », d'après la réalisatrice. Laura et son éditeur auront été consultés par la production pour la création du film. L'actrice avait tenu à rencontrer Laura pour avoir son avis sur l'interprétation à donner : cette dernière « avait peur de la vulgarité. Elle tient à ce qu'on sache qu'elle est une fille totalement ordinaire ».