Miracle de l'absurde : quand Kafka rend plus intelligent

Clément Solym - 18.09.2009

Culture, Arts et Lettres - Cinéma - miracle - absurde - Kafka


Une équipe de psychologues s'est amusée à faire passer des tests de grammaire à des lecteurs de Kafka : les universités de Californie à Santa Barbara et de Colombie-Britannique prétendent ainsi avoir démontré que les écrits du romancier améliorent les mécanismes cognitifs qui gèrent les fonctions sous-jacentes de l'apprentissage.

Tout est parti du livre Un médecin de campagne, histoire pour le moins trouble et surréaliste, où un médecin se rend en consultation sur des chevaux surnaturels, se glisse dans son lit et tous deux s'échappent nus par la fenêtre. En gros, hein.

Ce texte a été soumis à des cobayes tandis qu'un autre groupe a eu connaissance d'un même texte, réécrit avec une intrigue plus logique. « L'idée est que lorsque vous êtes exposés à la menace d'une perte de sens - ou de quelque chose qui ne fait pas sens - votre cerveau va réagir en cherchant un autre type de structure au sein de votre environnement », explique l'un des chercheurs.

Les différents acteurs de cette étude ont alors été invités à compléter une sorte de questionnaire de grammaire factice et de compléter des chaînes de lettres en trouvant des relations cachées entre les lettres elles-mêmes. Les gens qui lisent l'histoire absurde ont alors donné plus de réponses, parce qu'ils étaient clairement en recherche de sens. « Mais le plus important, c'est qu'ils étaient en fait plus précis que ceux qui ont lu la version la plus normale de l'histoire. »

Une autre étude tentée a montré les mêmes résultats, jouant, elle, sur l'identité et les souvenirs : en se basant sur un événement traumatique ou une histoire vécue complètement surréaliste, les chercheurs ont découvert combien le cerveau tente de créer un sens. On dégagerait alors de nouvelles formes de compréhension voire de nouvelles grilles de lecture du monde.

À l'attention des étudiants qui passent des concours en fin d'année : non, Kafka ne vous permettra pas d'avoir de meilleures notes, précise l'équipe.

Toute l'étude se base sur l'effet de surprise des participants, qui ne s'attendaient pas à découvrir un texte aussi rocambolesque. C'est pour cette raison qu'ils se sont mis en quête d'un sens autre : le sens logique perturbé par le récit de Kafka s'affine alors pour permettre de développer sur le moment de meilleur mode de compréhension.