Mitterrand et son ministère, essentiels pour la France à l'étranger

Clément Solym - 19.07.2009

Culture, Arts et Lettres - Expositions - Mitterrand - ministère - essentiels


On se demande si, mercredi matin, le mur du çon ne sera pas franchi par cette petite déclaration du ministre de la Culture et de la Communication qui, vendredi, est parvenu devant 2000 invités à se rendre indispensable. « Rien ne peut se faire sans l'apport du ministère de la Culture et de la Communication », a-t-il en effet expliqué devant ses convives participant à l'essor de la culture française hors de ses frontières.

Aujourd'hui, le ministère créé pour André Malraux qui fête son cinqanternaire a largement besoin d'un ravalement de façade, mais aussi en profondeur. Car « avec son budget, ses agents, ses connaissances, son déploiement, peut-être son ministre, le ministère de la Culture et de la Communication est en contact avec la chair vive de la culture française », ajoute M. Mitterrand. Le tout pour dire que la Culture française hors des frontières, c'est lui...

On citera quelques exemples touchant de l'influence française à l'étranger, comme l'instauration d'une riposte graduée, découlant tout droit de notre Hadopi nationale, en Angleterre ou en Nouvelle-Zélande... Bel exemple pour le monde. On évoquerait aussi l'image véhiculée par un président qui ne se contente plus d'acheter ni de faire voyager des livres, mais qui désormais les lit. Ce qui ne l'empêche pas de confondre Rougon et Roujon Macquart (macabre ?), contrairement à un Barack Obama qui fait vendre le moindre livre qu'il touche, tel un miracle christique... (encore que...)

EPIC, manque pas de piquant

Pour rappel Bernard Kouchner a décidé de donner à son futur projet près de 6000 personnes qui travaillent actuellement au quai d'Orsay, pour assurer le rayonnement français à l'extérieur. « Cette agence, qui se substituera à l’association CulturesFrance, sera dotée du statut d’établissement public industriel et commercial » [EPIC, NdR], a-t-il expliqué dans son discours. Un établissement qui restera public, mais qui par son statut « aura plus de facilité à lever des fonds émanant du secteur privé. Elle s’ancre dans la sphère publique tout en s’ouvrant au dialogue avec d’autres partenaires ». Le projet Epic doit d'ailleurs être discuté la semaine prochaine par les ministres, et il reste encore à « parler pour définir le contenu, les paramètres », reconnaît Alain Joyandet, secrétaire d'État à la Coopération.

Mais foin de défaitisme, souvenons-nous que les étrangers sont férus de notre littérature, et que c'est là tout ce qui compte ! Même si personne n'a oublié que le ministère des Affaires étrangères et européennes avait pris une sacrée décharge de plomb dans l'aile, avec un budget 2009 largement amputé, en regard de 2008, allant jusqu'à 50 %... pour la culture, justement.

Peu importe, Mitterrand neveu aura été largement applaudi, et voilà tout ce qui compte : lui sera un ministre, il l'a assuré, de cette France « pluriculturelle», autant que « des rencontres européennes »...

Fameux !