Mitterrand : Le Mexique prend la culture en otage

Clément Solym - 15.02.2011

Culture, Arts et Lettres - Expositions - mitterrand - cassez - mexique


« À partir du moment où ce n'est plus une affaire de culture uniquement, mais une affaire d'État, c'est à l'État de décider ce qu'il doit faire et donc au président de la République de dire ce qu'il en est », aura donc déclaré le ministre Frédéric Mitterrand, suite à l'annonce du retrait du Mexique de l'année qui lui était dédiée en France.

Depuis ce matin, le ministère des Affaires étrangères a déclaré dans un communiqué : « Nous avions été invités à un événement culturel et cela devient un hommage à une ravisseuse. » Hors de question dans ces conditions de prendre part à cette manifestation culturelle, estime alors le gouvernement. (notre actualitté)

« À la lumière des déclarations du président Sarkozy, le gouvernement du Mexique considère que n'existent pas les conditions pour que l'année du Mexique en France soit menée à bien de manière appropriée et que soit mis en oeuvre l'objectif pour lequel elle avait été conçue. »

Pour Frédéric Mitterrand, la réaction du Mexique est « une façon de prendre en otage la culture », rapporte l'AFP. « Manifestement, ce sont les autorités mexicaines qui ont décidé de supprimer l'Année du Mexique (...), à partir du moment où elles décident de se substituer aux décisions à caractère culturel, c'est une affaire d'État », ajoute-t-il.

Pour l'avocat de Florence Cassez, qui est l'enjeu de toute cette tension diplomatique, l'otage, c'est bien elle. « On n'a même pas eu le temps (...) de présenter la demande. Le président (Sarkozy) l'a annoncé hier, ils nous ont répondu non. Il y a quand même des procédures à respecter. Elles n'ont même pas été encore engagées, et les Mexicains disent non. »

En effet, le président comptait demander le retour de Florence en France.

Frédéric Mitterrand précise : « La France n'abandonne jamais ses ressortissants, le procès de florence Cassez s’est déroulé dans des conditions suspectes. » (via France Info) Et de conclure : « C'est le cas de Florence Cassez, dont on sait que le procès s'était déroulé dans des conditions suspectes. »

Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.