Mohammed Abdelnabi reçoit le Prix de la littérature arabe 2019

Antoine Oury - 07.11.2019

Culture, Arts et Lettres - Récompenses - Prix litterature arabe - Mohammed Abdelnabi livre - La Chambre de l’araignée


Le Prix de la littérature arabe 2019, créé par l’IMA et la Fondation Jean-Luc Lagardère, a été décerné à l’écrivain égyptien Mohammed Abdelnabi pour son roman La Chambre de l’araignée, traduit de l’arabe (Égypte) par Gilles Gauthier et paru aux éditions Sindbad (Actes Sud). 



Le jury présidé par Pierre Leroy, cogérant de Lagardère SCA, a élu, à l’unanimité, le texte de Mohammed Abdelnabi comme lauréat du Prix de la littérature arabe 2019. Les membres du jury ont salué « un écrivain audacieux au style affirmé et percutant qui fait plonger le lecteur au cœur des tabous de la société égyptienne et arabe. Un roman qui se veut une ode à la tolérance et à l’humanisme. »

« Transformant un événement précis en un vibrant plaidoyer pour la tolérance, Mohammed Abdelnabi accomplit ce qui peut être l’une des raisons de la littérature : porter un message politique dans l’espoir de faire évoluer la société », a ajouté Pierre Leroy dans un communiqué.

Le résumé de l'éditeur pour La Chambre de l’araignée :
 

Peu de romanciers arabes ont abordé le thème de l'homosexualité (Hoda Barakat, Alaa El Aswani, Rachid El-Daïf...), mais c'est sans doute le premier roman à l'explorer sous l'angle de la persécution, en s'inspirant d'un procès qui a scandalisé la société égyptienne en 2001 : celui de cinquante-deux hommes, raflés par la police dans une boîte de nuit, le Queen Boat, puis condamnés à de lourdes peines de prison pour « perversion sexuelle ». À travers le témoignage de Hani, Muhammad Abdelnabi dresse le portrait d'une communauté gay qui oscille entre affirmation et dénégation.


Né en 1977, Mohammed Abdelnabi a fait des études de langue anglaise à l’université d’Al-Azhar, au Caire. Il est traducteur-interprète et anime un atelier d’écriture. Son second roman, La Chambre de l’araignée, a été retenu en 2016 sur la short list de l’International Prize for Arabic Fiction. Mohammed Abdelnabi compte incontestablement parmi les Égyptiens les plus brillants de sa génération.
 


Seule récompense française distinguant la création littéraire arabe, le Prix est doté d’un montant de 10.000 €. En 2018, le prix avait été remporté par l'écrivain anglo-égyptien Omar Robert Hamilton pour son roman La ville gagne toujours (Gallimard, « Du monde entier »), traduit de l'anglais par Sarah Gurcel.

Retrouver la liste des prix littéraires français et francophones


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : Actes Sud
Genre : littérature...
Total pages : 316
Traducteur :
ISBN : 9782330122201

La chambre de l'araignée

de Abdelnaby, Mohammed

Peu de romanciers arabes ont abordé le thème de l'homosexualité (Hoda Barakat, Alaa El Aswani, Rachid El-Daïf...) mais c'est sans doute le premier roman à l'explorer sous l'angle de la persécution, en s'inspirant d'un procès qui a scandalisé la société égyptienne en 2001 : celui de cinquante-deux hommes, raflés par la police dans une boîte de nuit, le Queen Boat, puis condamnés à de lourdes peines de prison pour "perversion sexuelle". A travers le témoignage de Hani, Muhammad Abdelnabi dresse le portrait d'une communauté gay qui oscille entre affirmation et dénégation.

J'achète ce livre grand format à 22.50 €