Mon Précieux : exposition de l'Anneau qui inspira la saga Tolkien

- 02.04.2013

Culture, Arts et Lettres - Expositions - seigneur des anneau x - tolkien - Oxford


On savait que le professeur d'Oxford avait pioché loin pour constituer son œuvre. La mythologie nordique, le finnois comme le gallois et la geste arthurienne. Mais on ignorait que l'inspiration la plus directe était régionale et bien avérée. À l'occasion d'une exposition consacrée à Tolkien, l'Angleterre découvre que le chaînon entre le Hobbit, et la trilogie, l'anneau de Sauron, est présenté par la National Trust. Un coup de pub ? Jugez plutôt.

 

 

 

 

Un anneau d'or gravé, retrouvé dans un lieu d'extraction de fer appelé la colline des Nains avant l'ère chrétienne, objet d'un vol assorti d'une malédiction. Le cercle doré est gravé au nom de « Senicianus bien portant par la grâce de Dieu ». 

 

Or quelques kilomètres plus loin, une plaque gravée par un certain Silvianus témoigne du vol d'un anneau de ce type en s'adressant à Nodens, le dieu lésé : « Parmi tous ceux qui portent le nom de Senicianus, n'accorde la santé à aucun tant que l'anneau n'a pas été rapporté au temple de Nondens ».

 

L'énorme bague, que l'on ne peut enfiler que sur un pouce ganté, a été retrouvée sur un site archéologique roman réputé, probablement par un fermier en 1785. Par la suite, le bijou sera vendu aux Chute, une vieille famille du cru jusque dans les années 30, quand le manoir familial sera transmis à la National Trust.

 

Pour Dave Green, responsable du lieu, l'inspiration est manifeste même si sa découverte tombe à point nommé pour l'exposition. Elle comble surtout le désir d'un mythe anglo-saxon national. Un vœu cher à Tolkien quand on se rappelle que la geste arthurienne a été fixée par écrit de notre côté de la Manche. Si l'on en croit la Naitonal Trust, le fin linguiste aura mêlé ce fait-divers historique à des sources plus mythiques comme l'Anneau des Nibelungen. (Via the Guardian)