Montag ou la bibliothèque à venir : échapper à sa condition par les oeuvres

Nicolas Gary - 27.09.2017

Culture, Arts et Lettres - Expositions - Montag exposition bibliothèque - futur bibliothèque expositions - artistes plasticiens bibliothèques


A découvrir l’exposition « Montag ou la bibliothèque à venir » qui s’attache à montrer comment la littérature inspire les artistes contemporains qui eux-même réinventent des nouveaux devenirs au livre. 


L’exposition présentera de très belles œuvres, je pense notamment à celle de Claudio Parmiggiani, uniquement composée des restes de la combustion d’une bibliothèque, montrant comment, le livre menacé, renaît toujours de ses cendres… La jeune artiste turque Ozlem Sulak présentera quant à elle son projet menée depuis plusieurs années de rassembler les livres interdits par les militaires turcs lors du coup d’état des militaires dans les années 1980… 


Estefanía Peñafiel Loaiza, la véritable dimension des choses n° 6, 2016, Collection Frac Franche-Comté, photographie n/b, tirage papier © Estefania Peñafiel Loaiza, photo : Blaise Adilon


L'exposition Montag ou la bibliothèque à venir réunit ainsi les œuvres de 21 artistes qui s'emparent de la littérature et du livre pour leur inventer d’autres devenirs.

Des grands textes fondateurs aux auteurs plus confidentiels, la littérature n'a cessé d'agir de manière souterraine sur la production artistique. Symbole de la résistance face à l'accélération du rythme de nos vies, le livre - que l'on croyait il y a peu voué à une disparition certaine - demeure également un symbole universel de la résistance à l'oppression.

Sous le commissariat de Patrice Joly, Montag tente de dresser un inventaire non exhaustif des manières dont les artistes s’emparent des textes pour les traduire dans leur langage, de la vidéo à la sculpture, de l’installation à la performance, signifiant ainsi une volonté « d’adaptation » manifeste.


Thu Van Tran, Au plus profond du noir, 2013, 2 000 livres, palette de bois d’hévéa, Courtesy de l’artiste ; les Abattoirs, Toulouse et Meessen De Clercq, Brussels, photo : Sebastiano Pellion


Mais Montag, pourquoi ? Le titre de l'exposition fait référence au roman Farenheit 451 de Ray Bradbury qui narre les aventures de Guy Montag, un pompier pyromane qui réussit à échapper à sa condition pour rejoindre des lecteurs insoumis qui se sont fixés comme mission de conserver la mémoire d’un ouvrage et de constituer ainsi une bibliothèque vivante de chefs d’oeuvre.

La fiction de Bradbury est une allégorie de la résistance à la censure et à tous les totalitarismes, elle symbolise aussi le caractère éminemment subversif de la littérature qui continue de se révéler dangereuse pour les gouvernements hostiles et la cible préférée de leurs attaques.

« Succédant à un discrédit historique de la littérature qui l’a éloignée pendant de nombreuses décennies du monde de l’art – après avoir régné en maîtresse sur ce dernier depuis le 18e siècle – la littérature n’a cessé d’agir de manière souterraine et distante sur la production artistique, bien que des philosophes de l’importance de Sartre l’aient cantonnée dans un éloignement infranchissable d’avec les autres disciplines artistiques.

Formellement, la littérature n’est pas soluble dans les arts plastiques et son régime de réception s’en différencie fondamentalement : c’est plutôt via ce qu’elle véhicule – lenteur du récit, profondeur du rapport au monde – que les artistes aujourd’hui se la réapproprient.
»



David Maroto and Joanna Zielinska, The Book Lovers, 2015, collection de livres, Collection M HKA, Anvers, photo : M HKA, Anvers
 
 

Montag ou la bibliothèque à venir 

frac franche-comté 

cité des arts
2, passage des arts
25000 besançon 

du 15 octobre 2017 – 14 janvier 2018