medias

Montréal, avant les hostilités : prélude au salon du livre

Nicolas Gary - 14.11.2018

Culture, Arts et Lettres - Salons - salon livre montréal - prélude salon livre - coulisses salon Montréal


#SALONLIVREMTL18 – Avant même qu’enfants et adultes ne s’engouffrent, avant l’enthousiasme des scolaires, déversés par cars et tombereaux immenses dans les allées de la Place Bonaventure, avant les cérémonies, les inaugurations et on en passe, et on en oublie, il faut bien monter les stands. Petit avant-goût, et première journée montréalaise. Surtout, tendez l’oreille…



 

 

Dernière année à la place Bonaventure, le Salon entend mettre les petits plats dans les grands, et comme le relève son nouveau directeur, Olivier Gougeon, « faire parler des livres, avant tout, et de ce que l’on fait pour que cette année soit riche ». Il est vrai qu’à 48 heures de l’ouverture au public, des bruits fous commençaient à courir sur la tenue de… l’édition 2019.

 

Soit. 

La 41e édition ouvre ses portes aujourd’hui, avec dix auteurs invités d’honneur : Joséphine Bacon, poète autochtone et réalisatrice, Samuel Champagne, auteur jeunesse LGBTQ+, Martine Delvaux, romancière et essayiste, Marianne Ferrer, auteure et illustratrice, Dany Laferrière, auteur et académicien, Heather O’Neill, auteure anglo-montréalaise, Alain Vadeboncoeur, chef du service de médecine d’urgence de l’Institut de cardiologie de Montréal, professeur, auteur et chroniqueur, et Bernard Werber, auteur parmi les plus lus en France.
 

Requin, marteaux et pompiers
 

Avec une soirée placée sous une double rencontre : d’abord, la sortie du livre d’Anne-Marie Saint Cerny, Mégantic, aux éditions Ecosociété. Ce récit-enquête revient sur une tragédie survenue le 6 juillet 2013, au Lac-Mégantic. En cette chaude nuit d’été, un train fou sans conducteur tirant des bombes de pétrole explosif dévale la pente qui mène au cœur de la localité et en pulvérise le centre-ville, carbonisant 47 victimes prises au piège et laissant dans son sillage une insouciance à jamais perdue.


<

>


 

Et littéralement au même endroit — une taverne bien gardée par un cerbère façon requin-marteau — se déroulait une soirée inscrite dans le programme de rencontres entre libraires européens, éditeurs, auteurs et critiques littéraires. Organisé par Québec Éditions, il s’agit d’offrir près d’une semaine en immersion aux libraires, à travers une série de rencontres d’homologues, d’éditeurs québécois. 


Taverne Le Pélican
ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 


Avec, en clôture de soirée, un bien étrange évènement : attroupement et agitation, un gros camion de pompiers — version Québec : les modèles français ressemblent à des Fiat 500 en comparaison — est arrêté devant un établissement Renaud Bray. Pas d’inquiétude, mais un ricanement : « C’est un éditeur qui a tenté de se venger. Ou un libraire. Ou les deux », plaisante-t-on.


Renaud Bray by night
ActuaLItté, CC BY SA 2.0

 

Depuis le rachat du distributeur Prologue, et dans la continuité d’une stratégie de développement agressive, le grand patron de ces libraires, qui avait racheté la chaîne Archambault également, n’est pas forcément des plus appréciés…




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.