Montréal ne perd pas le FIL et devient littéraire, du 21 au 30 septembre

Cécile Mazin - 21.08.2018

Culture, Arts et Lettres - Salons - festival international littérature - FIL Montréal lecture - animation littérature Montréal


Du 21 au 30 septembre 2018, ce sont près de 250 écrivains et artistes de toutes disciplines et de toutes générations confondues, d’ici et d’ailleurs, qui participeront au 24e Festival international de la littérature (FIL) !




 

Cette grande fête annuelle des mots se déroulera cette année dans 23 lieux de diffusion comme la Place des Arts, le Théâtre Outremont, le Lion d’Or, l’Espace GO, l’Usine C, le Théâtre de Quat’sous, la Grande Bibliothèque, la Maison Théâtre, les Jardins Gamelin, ainsi que dans plusieurs autres lieux culturels et littéraires du Grand Montréal!


Le FIL 2018 c’est 54 manifestations différentes, dont une majorité sont des créations inédites.

Au programme de cette édition festive : des mises en scène de vos romans préférés, des histoires écrites et dites par des femmes, de nouveaux regards autochtones, des happenings littéraires, des événements témoignant des liens inattendus entre la littérature et la science, des jeux de mots pour petits et grands lecteurs, des rencontres, du cinéma, des installations et plusieurs autres manifestations plus ludiques et audacieuses les unes que les autres!
 

Doté d’une voix qui envoûte, James Hyndman se plaît très souvent à lire à voix haute ses auteurs préférés, dans des théâtres et autres lieux culturels. On le savait donc grand lecteur, mais voilà qu’il nous réserve une très belle surprise cet automne en se faisant aussi écrivain, avec la parution d’Océans. Son récit fait penser à un oratorio qui dit autrement les petites violences ordinaires du manque.

On y entend s’exprimer des couples, surtout, mais pas seulement. James a invité sa complice Evelyne de la Chenelière et le pianiste Laurier Rajotte à partager la scène avec lui pour cette lecture-spectacle exceptionnelle d’un récit qui vous envoûtera.

 

La science n’est pas que chiffres et formules : elle est aussi littérature. C’est ce qu’on découvrira en compagnie de Yanick Villedieu, accompagné de la pianiste Marianne Trudel, avec Du Big Bang à la double hélice, une mise en lecture signée Antoine Laprise de textes écrits par d’illustres scientifiques comme Oliver Sacks, Charles Darwin, Albert Einstein, Hubert Reeves, Stephen Hawking, le Frère Marie-Victorin, Fernand Seguin et bien d’autres. 

 

Le Cabaret des hypothèses, imaginé par Marie-Paule Grimaldi et Julie Dirwimmer, témoignera aussi, de manière festive et ludique, des liens inattendus entre art et science, en compagnie de Mathieu Arsenault, Kim Doré, Jean-François Chassay, Urbain Desbois, Isabelle St-Pierre, François-Joseph Lapointe, Jacques Goldstyn, Rober Racine et Nicolas Letarte-Bersianik.

 

Personne n’est à l’abri d’une peine d’amour. On se souviendra du spectacle présenté en 2017 qui illustrait la « manière féminine » de vivre la rupture amoureuse, à partir d’une série de textes écrits par des femmes ; or, voilà que cette année (c’est à leur tour de) Larguer les amours ! Des hommes issus de différents horizons – dont Stanley Péan, Christian Vézina, Alexandre Jardin, Luc Boulanger et Mauricio Segura – ont accepté de raconter ce moment parfois incompréhensible, souvent douloureux, mais presque toujours déstabilisant.

Le temps d’une soirée, mise en scène par Marika Lhoumeau, les acteurs Denis Bernard, Louis Champagne et Iannicko N'Doua interprèteront plusieurs de ces textes, accompagnés musicalement par Jérôme Minière.



 

Les Herbes rouges ont choisi de débuter les festivités soulignant leur cinquantième anniversaire avec un grand spectacle intitulé La volière est un oiseau / de milliards de têtes, mis en lecture par Dany Boudreault.  On y verra et entendra seize poètes importants de la maison de toutes générations, dont François Charron, Carole David, Roxane Desjardins, Roger Des Roches, Clémence Dumas-Côté, Benoit Jutras et René Lapierre, accompagnés par le musicien Navet Confit.

Seront aussi de la fête Sophie Desmarais et Iannicko N’Doua, pour faire entendre quatre illustres disparu·e·s : Huguette Gaulin, Marcel Hébert, Denis Vanier et Josée Yvon.
 

De l'aéroport au bus littéraire : Montréal offre de la lecture à chacun

 

Marcel Sabourin, ce grand artiste qui a marqué quatre générations de Québécois, nous propose avec Petits carnets d’un rien pantoute etc. une lecture de ses textes philosophiques, existentiels ou humoristiques, entrecoupée d’anecdotes sur la Révolution tranquille, Mai 68 et autres moments « pas du tout tranquilles » qui ont jalonné son parcours.

 

C’est à Pascale Montpetit que Kim Yarovsheskaya a confié le soin de raconter son Voyage en Amérique. Une histoire qui débute quand la petite Kim, à l’âge de dix ans, a dû quitter son Moscou natal. Et qui se poursuit lorsque, des années plus tard, elle créera à partir d’un souvenir d’enfance le personnage de Fanfreluche toute en devenant une des plus grandes interprètes québécoises du théâtre de Tchekhov.

 

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.