Montreuil : “Montrer que la littérature jeunesse est un creuset“ (Sylvie Vassallo)

Antoine Oury - 07.12.2015

Culture, Arts et Lettres - Salons - SLPJ Montreuil salon - Sylvie Vassallo CPLJ directrice - fréquentation public


Le Salon du Livre et de la Presse Jeunesse est en train de doucement fermer ses portes, avec une fréquentation qui s'est arrêtée à 139.000 visiteurs. Une édition 2015 particulière, forcément, après les attentats terroristes du 13 novembre dernier. Cela dit, les lecteurs et les professionnels ont été au rendez-vous, et Sylvie Vassallo, directrice du SLPJ, a commenté avec nous ce salon, en attendant l'année prochaine.

 

Salon du Livre et de la Presse Jeunesse (SLPJ) - Montreuil

Au SLPJ, aujourd'hui (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

Suite aux attentats du 13 novembre dernier, les différentes mesures de sécurité du Salon avaient été renforcées : la logistique globale « a été très satisfaisante, nous sommes parvenus à présenter un salon dans des conditions de sérénité, ce qui était important pour nous, pour le public et pour les professionnels qui font ce salon, aussi bien les éditeurs que les libraires que les standistes ». 

 

La venue des scolaires, ou plutôt leur absence, avait malgré tout préoccupé les organisateurs : « Le vendredi, avant l'ouverture du salon, nous espérions que les scolaires auraient le droit de sortir, mais l'interdiction a été prolongée, et nous avons finalement appris qu'elle était levée le mardi à 23h, la veille de l'ouverture du salon. » Les scolaires ne se seront pas déplacés, en fin de compte, mais tous les groupes n'ont pas annulé leur visite du salon.

 

« Habituellement, nous avions 30.000 personnes au sein de groupes inscrits : des scolaires, des centres de loisirs, des centres familiaux, des centres sociaux, et ainsi que des étudiants. Sur ces 30.000 personnes, 5000 étaient encore confirmées parce que l'interdiction de sortie ne les conernait pas – notamment les centres sociaux et les associations familiales. Finalement, nous avons réussi à accueillir environ 8000 personnes venues au sein de ces groupes », estime Sylvie Vassallo.

 

Les jeunes adultes, la force vive du Salon ?

 

Avec presque 15 ans de Salon de Montreuil derrière elle, Sylvie Vassallo a acquis un regard critique sur le secteur de l'édition jeunesse. « Je suis devenue directrice du Salon un peu après Harry Potter, c'était une période où les professionnels du livre disaient "Quand on est ado et lecteur, on passe directement à la littérature adulte", et il s'est passé un phénomène inattendu, la frontière s'est finalement déplacée dans l'autre sens et la littérature jeunesse est passée du côté adulte », analyse la directrice du SLPJ. 

 

Salon du Livre et de la Presse Jeunesse (SLPJ) - Montreuil

ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

C'est un constat évident pour tout visiteur : le public des lecteurs du salon a considérablement vieilli. « Une partie des jeunes adultes, voire des adultes, lit de la littérature jeunesse, et le salon est l'écho de cela, parce qu'il représente ce secteur éditorial. » Évidemment, « le salon doit évoluer avec eux », estime Sylvie Vassallo, mais ne deviendra pour autant pas « généraliste ». « Nous voulons montrer que la littérature jeunesse est une sorte de creuset du point du vue des auteurs et des illustrateurs : elle nourrit les autres arts, et les reçoit. C'est la raison pour laquelle nous avons multiplié les scènes, avec autant d'intervenants. »

 

Montreuil souhaite donc poursuivre la mise en avant de la qualité éditoriale française dans certains domaines, comme les albums jeunesse ou la presse, et attirer un nouveau public avec ces œuvres. Et non l'inverse.