Musée Picasso : la mise au point du ministère de la Culture

Cécile Mazin - 05.05.2014

Culture, Arts et Lettres - Expositions - musée Picasso - Aurélie Filippetti - ministère de la Culture


Depuis quelque temps, le musée Picasso fait l'objet des informations - ou des rumeurs - les plus diverses. Alors que ce dernier doit rouvrir ses portes en septembre, après une fermeture qui aura duré cinq années, la ministre de la Culture, Aurélie Filippetti a souhaité s'exprimer publiquement, pour mettre un terme aux informations officieuses - et rétablir quelques faits. Anne Bassaldi, l'actuelle présidente de l'établissement, n'est même pas évoquée dans la communication de la rue de Valois. A chacun de voir… 

 

Musée Picasso, Paris

jivedanson, CC BY NC SA 2.0 sur Flickr

 

 

En premier lieu, le Musée Picasso, établissement public national, fait l'objet depuis cinq ans d'une rénovation complète pour un montant de 52 M€. Outre 2 M€ de mécénat de compétence, ces travaux sont financés pour 19 M€ par l'État via des crédits budgétaires et à hauteur de 31 M€ par l'élaboration d'un programme culturel déployé à partir du patrimoine national exceptionnel que constituent les collections du musée. A l'issue des travaux, le musée pourra accueillir un public deux fois plus nombreux qu'auparavant et présentera près de 400 œuvres dans 37 salles d'exposition.

 

A côté de cet effort financier, la Ministre de la Culture et de la Communication rappelle qu'elle a décidé personnellement la création de 40 postes, dans un contexte budgétaire pourtant très tendu, montrant ainsi sa détermination et l'attachement de l'État à ce projet et à sa bonne conduite. Les recrutements sont en cours, sans retard.

 

Le projet, placé sous l'autorité de la présidente Anne Baldassari - conservatrice générale du patrimoine - et de ses équipes revêt pour l'État une importance toute particulière et la réouverture d'un musée national, conçu pour accueillir les œuvres de l'un des plus grands artistes du XXe siècle, est un événement majeur qui mérite enthousiasme et rigueur.

 

En deuxième lieu, s'agissant de la date d'ouverture, celle-ci ne ne peut être déterminée qu'en respectant les règles applicables à tout chantier de construction et les principes que suit l'État pour la gestion des collections dont il a la responsabilité. A cet égard, trois conditions doivent être réunies : la sécurité des collections, les conditions d'accueil du public et le bon fonctionnement des équipes du musée.

 

Contrairement à certaines allégations publiques, les travaux réalisés dans le corps principal du musée, l'Hôtel de Salé, n'ont été achevés que le 30 avril, comme l'entreprise de travaux chargée de la réalisation du chantier, Pradeau Morin, en avait d'ailleurs officiellement informé le Ministère. De plus, les travaux de l'aile technique, bâtiment essentiel du musée, seront achevés au plus tôt fin mai. La réception des travaux liés à cette aile technique est donc absolument impossible avant le mois de juin.

 

Ensuite, s'ouvre une phase dite de réception des travaux. celle-ci est encore en cours s'agissant de l'Hôtel de Salé. La maîtrise d'œuvre (Jean Francois Bodin et associes et Stephane Thouin architecte en chef des monuments historiques) doit en effet signer un procès verbal de relevé des réserves non transmis à ce jour au Ministère. Sur la base de ce procès verbal, l'établissement public, maître d'ouvrage, sous le contrôle du Ministère, devra réceptionner le chantier en fixant un délai laissé à l'entreprise pour assurer la levée des réserves. Ce n'est qu'à l'issue de ces travaux de réception, qui garantissent non seulement une ouverture sécurisée du musée mais également le bon usage des deniers publics, que pourront être organisés la prise en charge technique du bâtiment, le retour des œuvres, la formation des surveillants et bien entendu la nécessaire phase de "rodage a blanc" du musée.

 

Musée Picasso, Paris

jivedanson, CC BY NC SA 2.0 sur Flickr

 

En l'état actuel de l'avancée du chantier, et à l'issue du dernier comité de pilotage, la présidente du musée Picasso a elle-même proposé une ouverture au plus tôt le 22 juillet. Compte tenu des aléas qui restaient attachés à cette date, la Ministre de la Culture et de la Communication a pris la décision de fixer l'ouverture du musée au public à la mi-septembre.

 

Ces mesures - qui sont les seules à même de garantir que le public, qui doit être la première priorité de tout musée, soit accueilli dans des conditions optimales, sont celles en usage dans tous les musées publics. C'est le sérieux et la qualité de ces techniques de gestion qui sont internationalement reconnus et constituent un modèle.

 

Enfin, la Ministre a personnellement tenu informée la famille Picasso (Maya Picasso, Claude Picasso et Olivier Picasso)  de l'évolution du calendrier. Plus précisément, Aurélie Filippetti a reçu longuement Claude Picasso le 5 mars dernier au Ministère et s'est entretenue plusieurs fois au téléphone avec lui depuis. Face à des allégations mensongères, diffusées par voie de presse ces derniers jours, elle s'est également entretenue avec d'autres membres de la famille.

 

Aucune polémique ne détournera l'État de sa mission : protéger les œuvres du patrimoine de la Nation, les mettre à disposition du public dans de bonnes conditions, s'assurer des bonnes conditions de travail des équipes et achever le projet de rénovation d'un musée dont la richesse de ses collections et la beauté ne pâtiront nullement d'une ouverture en septembre 2014, à l'issue d'un chantier qui aura duré plus de 5 ans. Et en effet, quel serait l'intérêt ou les motivations du Ministère à entraver la réouverture et le fonctionnement d'un de ses musées nationaux les plus populaires. La Ministre de la Culture et de la Communication appelle donc chacun à dépasser les intérêts personnels et à partager cet enthousiasme et cette sérénité qui permettront l'achèvement du projet.