Neuf heures avec Jay Gatsby, au Noel Coward Theatre

Clément Solym - 15.06.2012

Culture, Arts et Lettres - Théatre - Gatsby le Magnifique - Francis Scott Fitzgerald - pièce de théâtre


Le Noel Coward Theatre a accueilli mercredi dernier la première de Gatz, une version théâtrale du roman Gatsby le Magnifique, d'une durée exceptionnelle de 7 sept heures, mise en scène par Joe Collins.

 

Un spectateur a amené des mangues séchées pour garder un taux de sucre acceptable, d'autres enlèvent leurs chaussures pour se mettre à l'aise : c'est le genre de comportements que l'on pouvait voir lors de la grande première de Gatz, venu tout droit de New York où la pièce a reçu un accueil excellent.


 

Gatz

 

Dans un décor conçu par Louisa Thompson, l'acteur Scott Sheperd incarne Nick Carraway, le narrateur du roman original : la pièce commence lorsqu'il tombe sur un exemplaire défraîchi de Gatsby le Magnifique, qu'il entreprend alors de lire à haute voix. Les 49.000 mots du roman se sont peu à peu imprimés dans sa mémoire, à tel point qu'au moment du dernier acte, il récite le texte sans l'aide du livre. Pendant les 7 heures de la pièce, entrecoupées de plusieurs entractes, ses collègues de bureau deviendront les personnages de Fitzgerald, de Gatsby à Daisy.

 

Benedict Cumberbatch, le Sherlock Holmes de la série, a décrit la pièce comme « une expérience unique ». « C'est drôle, vraiment émouvant et très impressionnant ». Comptez 90 £ et un jour de congé si vous avez l'intention de passer l'après-midi avec Gatz : la pièce commence à 14h30.