On a tenté la dictée pour les Nuls au Livre sur la Place

Antoine Oury - 11.09.2016

Culture, Arts et Lettres - Salons - dictée pour les Nuls - Livre sur la Place Nancy - Jean-Joseph Julaud


Les Nancéiens apprécient tellement la culture que la perspective d'une dictée un dimanche matin remplit quand même un amphithéâtre. La dictée pour les Nuls, orchestrée par Jean-Joseph Julaud dans l'esprit de la célèbre collection, a rassemblé près de 200 personnes. Dont nous.

 

La Dictée pour les Nuls - Le Livre sur la Place 2016

(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

ActuaLitté et les fautes d'orthographe, c'est une belle histoire, pleine de preuves d'amour qui font se dresser les cheveux des uns et amusent les autres. Remercions nos vigilants lecteurs de nous remettre parfois dans le droit chemin : grâce à eux, nous avons peut-être évité quelques pièges du texte écrit par Jean-Joseph Julaud, romancier et auteur, notamment, du Français correct pour les Nuls ou du Cahier de Lettres et langue française pour les Nuls aux éditions First.

 

Sa proposition pour l'édition 2016 était évidemment truffée de subjonctifs, d'accents circonflexes et autres accords traîtres, mais aussi de nombreux noms propres et autres sales guets-apens pour étourdis.

 

L'écrivain Charles Dantzig se chargera de la première lecture du texte écrit par son confrère, mais n'a lui-même pas tenté l'exercice, probablement apeuré par la perspective de revivre une « course de lévriers », son souvenir des dictées d'antan.

 

 

Charles Dantzig et Jean-Joseph Julaud - La Dictée pour les Nuls - Le Livre sur la Place 2016

Charles Dantzig et Jean-Joseph Julaud (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

Comme si cela n'était pas suffisant, Julien Soulié, champion d'orthographe, Timbre d'or, verbicruciste, a cru bon d'ajouter une « phrase-torpille » pour ceux qui auraient traversé la dictée sans encombres. On est sympa, on vous la retranscrit, mais écoutez d'abord la lecture pour bien saisir tous les pièges de cette parodie de Victor Hugo...

 

 

« Demain, dès potron-minet, à l'heure où les primes rais blanchissent les fières panicules d'agrostis élancées, je partirai ; j'irai au bord de laies précédent les blancs-étocs, j'irai par les crêts et les ruz ; je songerai au Booz endormi, au Frollo et aux Thénardier de mon oeuvre intégral et je mettrai au columbarium un bouquet de pyrèthres pâlis et un panier d'euphraises ou d'autres orobanchacées. »

 

Les résultats seront communiqués dans la journée, nul doute que nous nous placerons en pôle position.