Où la mode rencontre la bande dessinée : 200 planches, parfums, vêtements...

Nicolas Gary - 22.06.2019

Culture, Arts et Lettres - Expositions - mode angoulême - bande dessinée exposition - stylistes dessinateurs


Des froufrous, des robes, des ourlets, des chapeaux et bien d’autres : durant six mois, la mode prend ses quartiers à Angoulême. Ville du 9e Art, c’est la Cité de la BD qui accueille une exposition consacrée à la mode à travers les planches. 200 pièces, planches et dessins originaux, mais également vêtements, parfums et accessoires sont à découvrir.

dessin de Georges McManus, 1919 © King Features Syndicate
 

L’expo Mode de bande dessinée s’appuie sur la collection du musée de la bande dessinée autant que sur les prêts issus de collections publiques ou privées — musées, maisons de couture, galeries, collectionneurs et artistes. Et au fil de l’eau, le visiteur découvrira les liens et influences que ces deux univers partagent. Un regard croisé insolite, jusqu’au collaboration d’auteurs de BD à des catalogues ou magazines de mode…

C’est que les interactions ne datent pas d’hier… « Pour rendre leurs personnages féminins séduisants et à la page, les cartoonists américains s’inspiraient généralement des magazines de mode, qu’ils étudiaient avec attention. Mais leurs héroïnes à leur tour ne manquaient pas d’influencer les lectrices de la page des comics, qui s’identifiaient à elles », indique Thierry Groensteen, commissaire de l’exposition.
 
Bien entendu, la bande dessinée n’a jamais réservé l’élégance aux seuls personnages féminins. Bien des héros masculins ont montré un goût prononcé pour la sape. Citons seulement Mandrake (qui porte le costume de scène du magicien d’antan) et le détective Rip Kirby ou, dans le domaine francophone, Gil Jourdan — l’avocat-détective de Maurice Tillieux — (et son éternel nœud pap »), le physicien Philip Mortimer (vêtu de tweed) dans les Aventures de Blake et Mortimer d’Edgar P. Jacobs 

”Il n'y a qu'une seule chose qui se démode, c'est la mode“, Reverdy

La visite s’établit autour de six étapes, partant du dessin — le geste commun aux stylistes et dessinateurs, évidemment. Ce sont ensuite les rencontres entre BD et mode qui sont évoquées : des créations de bijoux par des auteurs en passant par les fictions qui prennent place dans le monde du vêtement. 

Et immanquablement, on basculera vers les identités graphiques de personnages, des costumes qui traversent les âges et les époques — Tintin, figure iconique de mode, pourquoi pas ? Enfin, plus près du corps, on basculera sur les paper dolls, ces poupées à habiller et des domaines plus portés sur la soie, la dentelle, les talons aiguilles et le latex.

Chantal de Spiegeleer, Madila, tome 1, planche 3 © éditions du Lombard


Parmi les pièces les plus emblématiques, cinq bandes originales signées Yves Saint-Laurent, de la BD La vilaine Lulu. Ou encore, une Bécassine revue et corrigée par différents stylistes, comme Sonia Rykiel, Nathalie Garçon, Corinne Cobson, Daniel Tasiak, Michèle et Olivier Chatenet.
 
Deux films de Loïc Prigent sur les dessins d’Yves Saint-Laurent et Christian Dior seront également en projection. Enfin, au cours de l’été, et durant toute la durée de l’expo, plusieurs rendez-vous sont posés notamment de création avec la classe couture/maroquinerie du lycée Jean Rostand et la classe arts appliqués/design du collège Charles Coulomb.

Cette exposition compte parmi les 15 qui, en mars dernier, ont reçu le label d’intérêt national, remis par le ministère de la Culture. L’exposition débutera ce 26 juin, pour prendre fin le 5 janvier 2020. Ce qui tombe assez bien : 2020 doit être l’année de la BD en France.


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.