Parc ouvert : Harry Potter s'installe durablement à Hollywood

Nicolas Gary - 09.04.2016

Culture, Arts et Lettres - Expositions - Harry Potter parc - Hollywood Universal


Hollywood inaugure son parc d’attractions Harry Potter, au sein des studios Universal. La capitale mondiale du divertissement accorde une place de choix au petit magicien, avec pour perspective d’attirer plus d’un million de fans de cette franchise. La concurrence est rude, alors que Disneyland règne en maître – avec 16,8 millions de visiteurs en 2015. Mais la magie n’a pas manqué, dès les premières heures de l’inauguration.

 

 

 

JK Rowling était aux commandes : « Je suis ravie de voir le monde des sorciers de Harry Potter prendre vie, d’une manière aussi proche que je pouvais l’imaginer en écrivant les livres. Me voilà heureuse que les fans de Harry puissent désormais découvrir cette immense et merveilleuse expérience, en immersion, créée par les studios Universal de Hollywood. » Évidemment, la liesse est à son comble.

 

L'enthousiasme dès les premières heures d'ouverture

 

Le président des Studios, Larry Kurzweil, parle d’une journée « historiquement très importante pour nous ». Au terme de plusieurs années de travail, le parc ouvre ses portes au public, avec un Château de Poudlard à découvrir, totalement repensé, et une richesse d’attractions étonnante. 

 

Dragons volants, araignées et hologrammes ne sont que l’une des facettes de cette gigantesque réalisation. Un investissement de 500 millions $ pour concrétiser ce projet, et voici que se dessinent les prochaines années de l’exploitation du monde de Potter. D’ici à 2017, l’éditeur britannique Bloomsbury va publier une dizaine de nouveaux projets éditoriaux liés à Potter, et des versions anniversaires collectors.

 

 

 

Harry Potter occupait déjà une place de choix à Hollywood, et la franchise de plusieurs milliards de dollars que représentent les livres s’installe désormais un peu plus dans le paysage. Que ce soit avec les films, les produits dérivés, les jeux vidéo ou encore les parcs à thèmes dans les studios d’Hollywood et d’Orlando, la Potterness est lucrative. Avec 7,5 milliards £ gagnées depuis 2007, les projections sont encore plus intéressantes : on estime en effet que le montant pourrait aboutir à 17 milliards £ au cours des prochaines années.

 

Même au cinéma, la sortie prochaine de Fantastic Beats, en novembre, prolonge encore et encore l’aventure. Sans parler de la pièce de théâtre, qui sera présentée à Londres avant de faire le tour du monde, et que l’on a déjà déclinée en livres. En France, c’est aux éditions Gallimard que L’Enfant maudit sortira, toujours traduit par Jean-François Ménard.

 

Potter, la folie des grandeurs, goût bièraubeurre

 

L’ouverture ce 7 avril fut de toute manière couronnée de succès. Thierry Coup, vice-président de Universal Creative assure à l’AFP : « Quand vous pensez à ce que pèse Harry Potter – sept livres et huit films – il n’y a pas de meilleur endroit au monde que la capitale du cinéma pour faire cette expérience ultime. » Sans emphase ni exagération, n’est-ce pas. Alors que le tourisme fait de véritables bonds de géant à Los Angeles – on pulvériserait des records depuis cinq ans, non-stop –, cette présence est magique. 

 

 

 

Dans le village fictif de Préaulard, le sens du détail a été travaillé jusque dans les plus petites choses. Un mélange entre les films et ce que les livres racontent, bien entendu. On s’arrêtera à la gare de Poudlard pour découvrir le train magique, mais également la moto de Hagrid. « Ici, nous n’avons pas d’acteurs, nous avons de véritables personnes. Il était donc très important que nous soignions la scénographie à la perfection, de sorte que lorsque l’on entre dans ce monde, on se sent comme dans le film », poursuit Alan Gilmore, directeur artistique.

 

Et internet n’a pas été oublié : un plan interactif totalement dédié au parc est consultable, avec des informations, des renseignements, et une dimension magique permanente. On peut réaliser une visite façon Google maps de l’ensemble du parc, sans quitter son fauteuil. 

 

Universal sait d’ailleurs surfer sur les tendances : son prochain parc sera consacré au monde des zombies de The Walking Dead. Avatar, Star Wars et Toys Story devraient connaître également leurs heures de gloire avant 2020...